Le Mouvement Militant Mauricien a donné hier soir le coup d’envoi de sa campagne de mobilisation en vue du traditionnel rendez-vous politique du 1er-Mai à Port-Louis. À Ollier, Paul Bérenger s’est longuement attardé sur la conjoncture économique en affirmant que « lekonomi dan bez ». À plusieurs reprises, le leader de l’opposition a répété que « nous détenons » les idées et solutions pour redresser la situation économique du pays, comme cela a été le cas en 1982 et en 2000. Vers à la fin de son discours, Paul Bérenger a laissé entendre qu’il est possible que le gouvernement « tombe » avant le 1er-Mai.
Dans ses premières déclarations à l’assistance hier dans la circonscription de Belle-Rose/Quatre-Bornes (N° 18), le leader du MMM Paul Bérenger a qualifié de « fiasco » la série de réunions de mobilisation organisées par le gouvernement depuis la démission de sir Anerood Jugnauth de la présidence. Paul Bérenger a réaffirmé qu’un 60-0 se dessine dans l’éventualité où le MMM et le MSM choisissent méthodiquement leurs candidats pour les élections générales. Le leader de l’opposition devait par la suite aborder d’autres thèmes : « Koripsion ek frod partou. Vol ek viol partou. Demokrasi pe piétiné. »
Durant la majeure partie de son allocution, le leader des mauves a commenté la situation économique actuelle du pays qui « pe al ver presipis ». « Lekonomi dan bez. C’est un gouvernement à bout de souffle qui n’a plus d’idées. Somaz pe ogmanté, pri pe kraze, kriz Euro pe tape, nou trété ek l’Inde an danze », a fait comprendre Paul Bérenger. Il devait soutenir qu’il dispose d’une « mari lekip ékonomik » réunissant sir Anerood Jugnauth, Vishnu Lutchmeenaraidoo, Swaley Kasenally, Kee Chong Li Kwong Wing et lui-même. À plusieurs reprises, le leader de l’opposition répétera que « nou ki ena lidé, nou ki pou redress lekonomi sa pei-la ».
Selon le leader des mauves, l’histoire a retenu que le gouvernement de « bolom Ramgoolam » avait mis le pays à genoux devant le Fonds monétaire international et la Banque mondiale : « Nou ti azenou, nou ti beze nett an 1982. Mwa mo fier, avek kouraz antan ki ansien sindikalist monn presant enn bidze difisil. Tigit beze monn sarye. An 1982 listoir inn retenir ki noun redress sa lekonomi-la. » En 2000, le même épisode s’est produit avec l’alliance MMM/MSM, qui a créé de nouveaux secteurs économiques dont les projets IRS, l’Information Communication Technology et le Seafood Hub.
Paul Bérenger avance que le gouvernement ne fait que poursuivre le travail que l’alliance MMM/MSM a abattu durant son mandat de 2000 à 2005. « Nanié nouvo zot pa finn kré. Zordi parey, zot à bout de souf. Lekonomi azenou. Tou sif pe montré ou ».
Le leader du MMM affirme savoir dans quel secteur se trouvent les nouveaux pôles de croissance économique. « Nou ki ena lide. Selma mo pa pou dir aster-la pou zot al mett sa dan zot program. Antan e lie mo ava kozé. Mo koné ekzaktema ki sekter ekonomik nouvo bizin developé. Kot bizin konsantré pou relans lekonomi, pou relev latet, pou aret somaz, pou kré lanploi ek pou kré larisess. Nou ki ena lide, nou ki ena konpetans », a ajouté Paul Bérenger.
« Navin Ramgoolam a conduit le pays au bord du précipice. Comme en 1982 et en 2000, le destin et l’histoire ont voulu que ce soient sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger qui redressent le pays et nous allons le faire », a-t-il lancé à l’assistance. « Nou pou netwaye frod ek koripsion partou. Nou pou demokratiz sa pei-la ek redonn konfians lapolis. »