C’est la réforme électorale qui est d’actualité, pas l’alliance MMM-PTr, a insisté hier le leader du MMM lors d’un point de presse donné à l’issue d’une réunion du bureau politique de son parti, qui a été marquée par la bruyante manifestation d’un groupe de personnes dont des militants. À la veille de sa rencontre avec le Premier ministre Navin Ramgoolam, prévue à 17 h à Clarisse House aujourd’hui, Paul Bérenger a fait comprendre qu’il discutera des derniers points concernant la réforme électorale mais que la question de la deuxième République n’est pas une question taboue. Il a prévenu toutefois qu’il ne faut pas mélanger la Réforme électorale avec la 2e République ni la deuxième République avec l’alliance MMM-PTr.
Paul Bérenger a insisté sur le fait que le MMM « pa pe kas Remake » mais a déploré le « manque de manières » du leader du MSM, Pravind Jugnauth, qui s’est gardé de l’informer sur la ligne qu’il compte adopter dans l’affaire MedPoint alors qu’il l’a soutenu tout le long de l’affaire et a même empêché qu’il soit arrêté. Commentant la manifestation organisée au moment de la réunion du bureau politique, il l’a qualifiée de normale sans cacher son irritation devant ceux qu’il considère comme des « faux militants ». Il a finalement annoncé que le BP du MMM recommandera à son Comité central de ne pas organiser de meeting commun pour le 1er mai et que le MMM n’organise pas de meeting en solo.
C’est dans une ambiance de tension qu’a débuté le point de presse suivant la réunion du bureau politique du MMM. Un groupe de manifestants regroupés devant la salle de réunion scandait des slogans contre l’alliance MMM-PTr, contre Navin Ramgoolam et en faveur du Remake et de Pravind Jugnauth. À un moment, certains manifestants ont commencé à frapper contre la fenêtre ce qui a exaspéré le leader du MMM et les dirigeants présents dans la salle, forçant Rajesh Bhagwan à lancer un appel a l’ordre. Paul Bérenger n’a pas caché son irritation devant l’injonction d’un manifestant à l’extérieur contre Jayen Cuttaree. À un moment, alors qu’un autre manifestant lançait « Militant pé emmerdé », il a répondu : « Fos militant, oui ».
La réforme électorale a été un des premiers points évoqués par le bureau politique hier. Pour le leader du MMM, cette question figure à l’ordre du jour des discussions avec Navin Ramgoolam aujourd’hui. Il sera également question du texte de loi qu’il espère que le Premier ministre présentera au Parlement à la reprise des travaux le mois prochain. Il estime que les propositions gouvernementales ne donnent pas totalement satisfaction au MMM qui propose 62 élus, 20 députés choisis selon une party list, la nomination de huit députés selon une formule qui remplacera le système de best losers et un seuil de 7, 5 % des suffrages pour avoir droit aux députés élus à la proportionnelle.
Paul Bérenger a expliqué qu’il plaidera en faveur de cette proposition aujourd’hui tout en observant que « tout ce que nous souhaitons est qu’à la rentrée parlementaire le 13 mai il y ait un texte de loi aussi proche que ce que nous avons proposé ». Se référant à une déclaration faite plus tôt par le Premier ministre à la presse, il observe que la question de deuxième République n’est pas taboue pour le MMM. « Cette question n’est pas à l’agenda mais tout le monde sait que le MMM a toujours été en faveur d’une deuxième République. Ce n’est pas une question taboue, cependant pour nous, c’est une chose à la fois. La priorité reste la réforme électorale. Si nous réussissons une bonne réforme, ce sera quelque chose d’historique », a-t-il dit.
Tiraillements
S’agissant de la situation au niveau du Remake, Paul Bérenger a reconnu que « nous sommes bien emmerdés ». Il a expliqué que le MMM était très satisfait lorsque Pravind Jugnauth avait affirmé qu’il demanderait un early trial. Il a expliqué qu’une demande dans ce sens a effectivement été faite en Cour. Le mois de septembre a été proposé et les avocats de Pravind Jugnauth ont insisté pour avoir une date plus rapprochée. Ils ont dans un premier temps obtenu le mois d’août puis le mois de juillet. « Nous aurions souhaité que l’affaire soit traitée encore plus tôt mais nous estimons qu’un délai trois mois est assez raisonnable. Ce que je trouve inacceptable est que sans nous informer Pravind Jugnauth a pris une autre ligne au lieu de laisser l’affaire venir et prendre n’importe quel point de droit sans nous informer que c’est cela le point clé. Nous avons discuté de cela à plusieurs reprises et avons travaillé de façon très proche tout ce temps. J’ai été « out of my way » pour aider Pravind Jugnauth, je trouve inacceptable qu’il n’a même pas pris la peine de m’informer et nous contacter pour dire que c’est la ligne qu’il compte prendre. Nous aurions donné notre opinion. Le mal est fait et la perception à l’extérieur par rapport à l’affaire MedPoint est très importante », affirme Paul Bérenger. Il a reconnu qu’avant cet épisode, il y avait quelques tiraillements sur lesquels le MMM était passé et s’apprêtait à aller au meeting du 1er mai. Le « mood in gaté », dit-il, surtout après les commentaires de Pravind Jugnauth qui, « après son manque de manières, s’est permis de faire des commentaires du genre « si du côté du MMM il y a de la sincérité ». Nous n’avons pas de leçon de sincérité à prendre de Pravind Jugnauth. C’est bien irritant et bien emmerdant ». Répondant à des questions de la presse, il a insisté sur le fait qu’il souhaite que Pravind Jugnauth remporte son affaire. Il affirme avoir toujours été en faveur d’un fair trial et s’étonne que le DPP veuille poursuivre le leader du MSM « in the public interest ». Il explique toutefois que le différend entre Pravind Jugnauth et lui est d’ordre politique.
Paul Bérenger a expliqué qu’après discussions, le MMM appellera une réunion du comité central de son parti à 13 h 30 samedi pour recommander de ne pas aller de l’avant avec un meeting conjoint avec le MSM dans le contexte actuel. Il a précisé que très probablement le MMM n’organisera pas de meeting tout seul non plus.
Paul Bérenger estime qu’il y a une différence d’appréciation sur l’importance de la réforme électorale entre Pravind Jugnauth et lui. « Ramgoolam a choisi de renvoyer le parlement pour le 13 mai, j’ai dit que si pendant ce congé nous réussissons une réforme électorale ce sera une grande chose. Pravind Jugnauth a fait des commentaires donnant l’impression que la réforme n’est pas très importante. Ce qui est mauvais parce qu’il nous rappelle l’épisode 2000-2005 ».
Paul Bérenger a insisté toutefois sur le fait que « nou pa pe kas Remake ». « Nous verrons samedi lors du comité central où nous en sommes et demanderons au comité central de fixer une assemblée de délégués pour passer en revue la situation et donner des informations ».
« Démocratiser le pays »
Commentant les manifestations organisées durant la réunion du bureau politique des mauves, Paul Bérenger estime que cela est normal. « Il y a eu un mécontentement et une irritation très forte dans le public vis-à-vis du PTr et de Navin Ramgoolam en raison de la série de scandales qui ont éclaté ces derniers temps. Ces réactions sont normales. Nous poursuivrons notre travail d’explications et accordons toute l’importance qu’il faut à la réforme électorale ».
Répondant à des questions de la presse notamment par rapport à ce qu’avait dit Navin Ramgoolam au sujet d’une alliance éventuelle PTr-MMM, il a observé qu’il n’a aucun contrôle sur les déclarations du Premier ministre. « Pour nous une alliance n’est pas d’actualité. L’actualité reste la réforme électorale. Le MMM a un programme et n’est pas intéressé à entrer au gouvernement si ce n’est pas pour mettre ce programme en application et nettoyer le pays. Les vrais militants le savent, pas ceux qui crient sans réfléchir. Nous ne sommes pas intéressés par une alliance avec personne ni le MSM ni le PTr si n’est pas pour nettoyer le pays, démocratiser le pays à commencer par la MBC, et relancer l’économie. C’est fondamental ». Il a insisté sur le fait que rien n’est tabou surtout pas la deuxième République. « Pour nous c’est chaque chose en son temps, une chose à la fois. Pour le moment nous nous concentrons sur la réforme électorale ». Il a précisé que lors de sa rencontre avec Navin Ramgoolam, il évoquera les derniers points sur la réforme électorale et ce qui suivra. « Nous souhaitons qu’il finalise un texte sur la réforme électorale le 13 mai ou à une date aussi proche que cela ».
S’agissant de ses relations avec Navin Ramgoolam, Paul Bérenger a observé que généralement il s’entend bien avec lui « mais pas tout le temps ». Il estime que ces derniers temps ses relations sont retournées à la normale « mais ce n’est pas cela que décidera de la ligne politique du MMM qui est une intelligence collective ». « Nous regardons l’intérêt de Maurice. Pour le moment l’intérêt de Maurice c’est la réforme électorale ».
Paul Bérenger a affirmé avoir eu l’occasion de parler à Sir Anerood Jugnauth. Par ailleurs, en réponse à une question, il a précisé qu’il ne faut pas interpréter le vote de la dernière assemblée des délégués comme un vote en faveur du Remake. « C’est un vote anti-Ramgoolam comme ce que nous entendons dehors (les manifestants) », a-t-il dit. Il a fait comprendre que le MMM n’est pas en train de casser le Remake.