Dans le cadre des municipales, le MMM a tenu un rassemblement à la municipalité de Vacoas/Phoenix hier soir. S’adressant à l’assistance, Paul Bérenger a pris pour cible ses adversaires d’hier et d’aujourd’hui, soit Navin Ramgoolam, Xavier-Luc Duval et le gouvernement de l’Alliance Lepep. Le « mishandling » de la fermeture de la Bramer Bank et le scandale de la BAI ont été vivement condamnés par les intervenants, nommément Ajay Gunness et Reza Uteem. La situation de l’usine Star Knitwear a aussi été abordée, tout comme « les nominations scandaleuses, dont celles de Vijaya Samputh et du père de Roshi Bhadain. »
« Il y a trois types de chèques : ceux émis par des individus?, ceux émis par les compagnies et ceux que les individus ou les compagnies qui demandent à une banque d’émettre. Dans le cas de ce chèque de Rs 10 M sur lequel nos adversaires sont en train de “palabrer”, il s’agit d’un chèque qui a été émis par une banque. » Mettant les points sur les « i » concernant les récents discours de ses adversaires, Paul Bérenger, qui s’est exprimé brièvement hier soir, devait surtout tirer à boulets rouges sur l’actuel gouvernement : « Navin Ramgoolam inn fane pandan 9 an. Sa gouvernma la inn pran zis 5 moi pou pli faner ankor ! C’est triste à dire, me nou’nn sap dan karay pou tom dan dife. »
Relativement à la question de financement des partis, rappelant sa proposition de légiférer à cet effet, le leader mauve a déclaré qu’ « en 2000/05, Pravind Jugnauth a saboté le projet de loi. Je mets au défi ce gouvernement de légiférer tant concernant le financement des partis politiques, que pour la Declaration of Assets Act et la réforme électorale. Zot pou boure lor la, marke garde ! »
« Pei dan « deep trouble », kuma bann Angle dir », a enchaîné Paul Bérenger. « Je suis triste, mais ce n’est plus SAJ qui dirige le pays. Pov bolom la, li nepli kapav. Se sa ti kouyon Pravind Jugnauth la, lot la ki ena case koripsion lor li, Prakash Maunthrooa, ek Roshi Bhadain ki pe diriz nou pei. » De ce fait, a relevé le leader mauve, « ces élections municipales sont importantes. Certes, il ne s’agit pas d’un enjeu national, mais vous, le peuple, devez montrer au gouvernement que vous êtes conscient qu’il vous a induit en erreur. »
Paul Bérenger, comme les autres intervenants d’hier soir, dont Ajay Gunness et Reza Uteem, ont dénoncé le « mishandling » de toute l’affaire autour de la fermeture de la Bramer Bank et le scandale de la BAI. « Maintenant, c’est au tour de l’usine Star Knitwear de faire les frais de leurs erreurs… » Et de commenter les nombreux licenciements dans diverses sphères, « dan bann minisipalite, waste water ek BAI, li aberrant ! Alor ki zot ti dir zot pou kre lanplwa. Se le kontrer ki pe arive. »
Autre sujet abordé par les intervenants : « Les nominations scandaleuses ! Enn politik ti kopin, kopinn sirtou… ek Vijaya Samputh. Sans oublier Roshi Bhadain qui a vite fait de nommer son père au conseil d’administration de la DBM dès qu’il est devenu ministre ! Alors que ce même gouvernement avait promis transparence et méritocratie. C’est honteux ! »
Torpillant « bann institision ki’nn perdi zot valer depi sa sink dernie mwa-la », en l’occurrence l’ICAC, la police, entre autres, le leader du MMM devait lancer « au Parlement, j’observe beaucoup ce gouvernement. Ils n’arrivent toujours pas à croire comment et pourquoi ils ont été élus ! Ils devraient ériger une statue pour remercier Navin Ramgoolam pour cela. »
Soutenant que « le MMM, de tout temps, a été un rempart “kont tou form dominer” », Paul Bérenger a rappelé à l’assistance présente que « l’abstention est le plus grand danger. Dimanche, même si l’enjeu n’est pas national, allez voter le coeur en bloc. Nous avons beaucoup de travail à abattre après les municipales. »
Le précédant au micro, Ajay Gunness a également rappelé « les gaspillages qu’il y a eu précédemment sous le gouvernement de l’Alliance Sociale, quand Navin Ramgoolam a tenu, comme SAJ veut le faire actuellement, des municipales anticipées. Ce fut le pouvoir absolu et tous les dérapages furent possibles. Enn politik manze bwar dan bann minisipalite. Pa les sa arive ankor enn fwa. Donn zot enn koreksion ! » Pour sa part, Reza Uteem devait brosser un tableau sombre de la situation économique : « Les investisseurs ont donné le mot d’ordre d’abandonner leurs investissements à Maurice parce que le climat de confiance ne règne plus ! »
Gaytree Dayal, qui présidait la soirée, a, pour sa part, énuméré les projets du MMM pour les villes soeurs, nommément « réaménager le centre-ville surtout pour les piétons ; créer de nouvelles aires de parking ; construire une nouvelle gare d’autobus ; doter Solférino et Phoenix d’une piscine ; faire d’Henrietta une ville touristique et avoir une chapelle ardente à Vacoas. »