Le leader du MMM, Paul Bérenger, s’est associé aux autres partis de l’opposition pour demander au Premier ministre, Pravind Jugnauth, de suivre l’exemple de la Première ministre britannique, Theresa May, en organisant des élections générales.
« Si Jugnauth a le courage, il devrait pouvoir accorder les élections », a déclaré Paul Bérenger lors d’une conférence de presse samedi. Le leader du MMM a, dans le même souffle, soutenu que quelle que soit la date des élections, son parti s’y présentera « seul comme en 2010 » afin de « changer le pays en profondeur ». Ce sera d’ailleurs le thème principal du meeting des mauves, le 1er mai à Rose-Hill, pour lequel il a donné rendez-vous « aux jeunes et à tous ceux qui veulent changer le pays ».
Paul Bérenger a, par la même occasion, déploré que la démocratie parlementaire soit « bafouée » dû à « la participation active de la Speaker ». Lors de la dernière séance parlementaire, a-t-il relevé, le Premier ministre a répondu à seulement trois interpellations lors de la Prime Minister’s Question Time (PMQT) sans que la Speaker ne le rappelle à l’ordre.
Le leader du MMM a également dénoncé les abus ministériels et les nominations scandaleuses. Il a cité le montant des salaires du conseiller spécial du Premier ministre, Gérard Sanspeur, qui reçoit autour de Rs 500 000 par mois. Ce dernier a en sus effectué une quinzaine de missions à l’étranger en deux ans, avec tout ce que cela comprend en matière de per diem. Paul Bérenger a annoncé que les parlementaires du MMM comptent « revenir sur cet abus au parlement ». À ce propos, le leader du MMM s’est élevé contre les commentaires qualifiés de choquants et d’arrogants qui ont été faits pas Gérard Sanspeur. Il a observé que le cas du conseiller spécial n’est pas unique.