Le leader du MMM, Paul Bérenger, a réclamé samedi la démission de Youshreen Choomka de la présidence de l’Independent Broadcasting Authority (IBA). Il a qualifié de « choquant » le fait que la présidence de l’IBA ait agi comme interface entre un entrepreneur étranger et le Premier ministre pour un projet d’éolienne. « Cela démontre à quel niveau est tombé le MSM », a-t-il dit, avant de critiquer le fait que l’époux de Youshreen Choomka  agisse comme consultant de la même institution. « Zis MSM ki kapav fer sa. »
« Lorsqu’on pense que cette personne a censuré notre publicité radiophonique pour le 1er mai, c’est révoltant », a déclaré samedi Paul Bérenger, en parlant de Youshreen Choomka. Et de déplorer qu’elle ait « utilisé son bureau pour faire du lobbying et pour agir comme courtier » à plein-temps. « Nous demandons sa démission », a dit Paul Bérenger. Ce qui s’est passé, a-t-il expliqué, « est comparable à l’affaire Omega Ark ». Et d’expliquer que Pravind Jugnauth avait personnellement présidé les réunions en vue d’activer les choses en faveur de cette compagnie. Paul Bérenger a également révélé que, le 29 septembre, il avait présidé une réunion « pour activer les choses » et avait exigé qu’un “fast tract” soit établi en 48 heures. Il soutient même être allé jusqu’à « menacer un membre du board du NIC qui avait exprimé certaines réserves en lui disant que “si to pa kapav fer sa, mo pou vir board NIC ek to pou anplis” ».
Paul Bérenger a aussi été particulièrement critique vis-à-vis du CEB, en particulier de son président, Mootoosamy Naidoo, et du ministre Ivan Collendavelloo, et ce en raison de leur façon d’opérer les trois compagnies créées par le CEB, dont la CEB FibreNet Co Ltd, et qui sont exemptées de provisions de la Central Procurement Act, qui oblige que les achats de plus de Rs 100 M effectués par le CEB passent par le Central Procurement Board (CPB). « La CEB FibreNet Co Ltd a acheté par centaine de millions d’équipements et dépensera des millions de roupies sans passer par le CPB », a-t-il soutenu.
Paul Bérenger a été particulièrement critique vis-à-vis du Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, qui, selon lui, aurait « créé des confusions lorsqu’il a fait croire que les procédures d’appels d’offres pour ces trois compagnies sont les mêmes que celles pratiquées par le CEB ».
« L’achat des équipements de St Louis est passé par le Central Procurement Board, sous la Central Procurement Act. Ce qui permet aux soumissionnaires de faire appel à l’Independent Review Panel. Or, les trois compagnies créées par le CEB n’ont rien à faire avec la Central Procurement Act », a insisté Paul Bérenger car la Finance Act de 2016 avait amendé la section 10 du CEB pour que ces compagnies soient exclues de la liste de celles placées sous le CPA. C’est d’ailleurs, dit-il, ce qui a permis à CEB FibreNet d’acheter des équipements pour un montant de Rs 210 M sans passer par la CPA.
Paul Bérenger a par la suite critiqué les conditions dans lesquelles la CEB FibreNet Co Ltd a accordé un contrat à une compagnie israélienne. « Ivan Collendavelloo a passé sous silence le fait que le Bid Evaluation Committee du CEB, présidé par le CFO, avait émis des réserves sur la compagnie israélienne et sur sa fiabilité financière », a-t-il dit. Il a révélé que le comité avait recommandé que le soumissionnaire israélien soit convoqué afin de participer à une Clarification Meeting en vue de démontrer sa viabilité. Paul Bérenger soupçonne que « cette réunion n’a jamais eu lieu ».
Par ailleurs, il a réclamé des explications sur la façon dont la compagnie israélienne a été choisie à la suite de l’élimination d’autres soumissionnaires, dont des compagnies chinoises et coréennes de renommée mondiale. Paul Bérenger a également évoqué  l’accident dans lequel deux touristes britanniques ont trouvé la mort, en déplorant l’absence de signalisation sur « cette route dangereuse » où l’accident est survenu.