Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, a lancé un appel au ministre des Finances, samedi, l’invitant à faire un effort spécial en faveur des handicapés, en particulier par rapport à l’éducation des enfants autrement capables.
« La plupart des ONG qui s’occupent des enfants handicapés sont au bout du rouleau et leur survie est menacée. Deux associations, l’APEIM et celle s’occupant des autistes, ont lors d’une récente conférence de presse présenté le prochain budget comme celui de la dernière chance et ont demandé un effort spécial du ministre des Finances en faveur des ONG qui s’occupent des handicapés, en particulier celles impliquées dans l’éducation des enfants », a déclaré Paul Bérenger, qui compte y consacrer sa prochaine Private Notice Question (PNQ).
Le leader de l’opposition a rappelé que cette année est célébré le 10e anniversaire de la Convention adoptée par les Nations unies sur les droits de l’enfant en 2006. Or, un comité institué pour faire le suivi de la mise en oeuvre des recommandations de cette convention a, dans son rapport publié en septembre de l’année dernière, dressé un bilan négatif pour Maurice. « Ce rapport fait honte à Maurice », a déclaré Paul Bérenger. « Le problème est que le gouvernement dépend totalement des ONG pour l’éducation des enfants handicapés, sans toutefois leur donner satisfaction ».
Le leader de l’opposition a observé que la responsabilité des enfants handicapés est éparpillée entre les ministères des Finances, de la Sécurité sociale, de l’Éducation, de la Santé et de l’Égalité des genres et des Droits de l’Enfant. De ce fait, a-t-il relevé, bien qu’il soit obligé d’adresser sa PNQ à la ministre de la Sécurité sociale, c’est le ministre des Finances qui détient la clé au problème. D’où son appel au Grand Argentier afin qu’il fasse un effort spécial en faveur des enfants handicapés dans le cadre de son prochain budget.