Le leader du MMM, Paul Bérenger, a réaffirmé hier, lors d’un point de presse, l’intention de son parti d’aller seul aux prochaines élections générales en insistant que tout sépare le MMM du MSM. Pour lui, le meeting organisé à la place Edward VII à Rose-Hill pour le 1er mai a démontré que le MMM a retrouvé la force qui prévalait avant les dernières élections générales.
« Nous condamnons le deal papa-piti et réclamons des élections générales dans un délai raisonnable. Tout sépare le MMM du MSM », a répété Paul Bérenger à plusieurs reprises. Il a insisté qu’il n’y aura pas de rapprochement ni avec le Parti travailliste ni avec le MSM lors des prochaines élections générales.
Paul Bérenger s’est appesanti sur le fait que le MMM ira seul aux prochaines élections générales comme en 2010 et le succès du meeting du 1er mai, dit-il, le conforte sa position. Il a annoncé que son parti travaille déjà sur la liste des 60 candidats du MMM qui pourrait comprendre de nouveaux venus. Il a tenu à préciser qu’après les élections générales, un gouvernement MMM ouvrira les bras aux jeunes, aux professionnels, aux politiciens propres, honnêtes et compétents. « Nous ne voulons pas donner l’impression que le MMM est un parti accapareur. Nous accueillerons tous ceux qui veulent prendre part à une entreprise de renouveau nécessaire pour le pays après les prochaines élections ».
Invité à dire si Alan Ganoo et d’autres anciens membres du MMM pourraient se retrouver sur la liste des 60 candidats, Paul Bérenger a réaffirmé être au courant qu’il y a une certaine nostalgie en ce qui concerne Alan Ganoo et Kavi Ramano. « Je prends cela en considération. Toutefois tout dépendra du sentiment des militants dans les circonscriptions N° 14 et 18. Le départ de ces deux militants avait fait beaucoup de mal au MMM dans ces deux circonscriptions. Cela a cependant été temporaire puisque d’autres militants présents sur le terrain ont remis le parti sur les rails. L’avis de ces derniers est important », a fait comprendre Paul Bérenger.
Le leader du MMM, qui rencontrait la presse à Bagatelle entouré des dirigeants de son parti avec en toile de fond une grande photo illustrant la foule présente au meeting du 1er mai, s’est dit satisfait que son parti ait retrouvé la force qui l’animait avant les dernières élections générales. Pour lui, pour comprendre cela, il suffisait de voir la composition de la foule présente à Rose-Hill malgré le mauvais temps et malgré les boycotts. Il a déploré que la municipalité ait réclamé un paiement de Rs 1 000 pour chaque banderole et que l’IBA ait censuré les publicités que le MMM avait voulu diffuser dans les radios privées. « Nous avons rassemblé trois à quatre fois plus de personnes que l’alliance gouvernementale à Vacoas. Il suffit de laisser parler la vérité des photos », a-t-il affirmé en ajoutant que « si le ridicule tuait, Soodhun serait mort depuis longtemps » pour avoir qualifié le meeting de Vacoas de succès sans précédent. Il a également été très critique par rapport à la MBC qui pour lui est « pire que sous Navin Ramgoolam et Dan Callikan ». « C’est un viol grave de la démocratie qui montre ce que le MSM est devenu ». En réponse à des questions, il a observé que les Chagos constituaient un dossier très important mais mal géré par Pravind Jugnauth. Il a rappelé avoir fait mention des Chagos, d’Agaléga et de Rodrigues lors de son intervention lundi dernier en sa capacité de « next Prime minister ». Concernant la réforme électorale, Paul Bérenger estime qu’il n’y aura rien de bon sous un gouvernement MSM. « Il n’y aura ni de loi sur la déclaration des avoirs ni de loi anti transfuge », dit-il.