Le leader du MMM, Paul Bérenger, a, à l’issue de la réunion du bureau politique de son parti hier, annoncé l’arrêt définitif des consultations avec le Premier ministre sur la réforme électorale et sur la IIe République. Il a annoncé par la même occasion que le Remake, « tel qu’on le connaît », est « chose du passé », alors que le MMM se prépare à aller seul aux élections générales.
Paul Bérenger, qui était entouré des dirigeants de son parti, s’est dit « énervé » par ce qu’il a qualifié de « manque de sérieux » de Navin Ramgoolam. Il a expliqué qu’alors qu’il avait été convenu que le seuil d’éligibilité pour avoir droit aux proportionnelles avait été fixé 8% (contre 10% dans le “White paper” et 7,5% proposé par le Remake). Or, le Premier ministre a proposé jeudi un niveau de 8,5% avec un élu pour être éligible pour les proportionnelles. Ce qui, selon lui, est plus difficile à réaliser que le taux de 10%. Par ailleurs, a dit Paul Bérenger, on apprend maintenant que la reforme électorale ne sera pas présentée avant les prochaines élections générales. Il rappelle que le MMM accorde « une grande importance à la réforme » et qu’il s’agit maintenant de voir comment les juges du comité des Droits de l’homme des Nations Unies traiteront de la question.
Concernant la IIe République, Paul Bérenger a révélé avoir eu quatre heures de discussions avec Navin Ramgoolam le 14 avril dernier. Tous les éclaircissements avaient été donnés sans jamais discuter de la question de mode d’élection du président. Paul Bérenger a annoncé que l’assemblée de délégués aura lieu le 1er-Mai et a dit se préparer à se rendre seul aux élections générales.
Paul Bérenger a aussi annoncé que le Remake est « chose du passé », ce qui ne veut pas dire que le MMM « pou galoupe gauche droite ». Il a fait comprendre que le désaccord entre le MMM et le MSM date de janvier, et ce à la suite d’une décision de sir Anerood Jugnauth, qui avait alors failli provoquer la cassure du Remake.