La réforme électorale, le prix de l’essence et le diesel ainsi que le congrès anniversaire du parti ont été les points abordés par le leader des mauves ce samedi 29 septembre au lors de la conférence hebdomadaire du MMM au Henessy Park Hotel.

Paul Bérenger est catégorique concernant les « éventuelles alliances des partis » pour les prochaines élections. «Il n’y aura pas d’alliance  », dit-il, avant de poursuivre, « nous sommes convaincus qu’il est l’heure que chacun se présente aux prochaines élections séparément sans aucune béquille et que chacun assume sa responsabilité ».

Dans le chapitre de la réforme, il avance que « c’est une réforme définitivement out. Il n’y aura pas de majorité de 3/4 requis et nous notons qu’il y a une condamnation unanime. Tous les autres partis ont condamné les propositions du gouvernement », a-t-il fait ressortir. Selon lui, « tant que les Jugnauth seront au pouvoir il n’y aura pas de réforme ».

En ce qui concerne le projet de loi sur les financements des partis, il est d’avis qu’après plus de trois ans, ce projet ne verra pas le jour et que le gouvernement « trouvera un prétexte pour ne pas venir de l’avant avec une loi sur le financement des partis comme le Declaration of Assets Act ». Concernant la loi anti transfuge, Paul Bérenger a fait ressortir que son parti a toujours été contre la pratique du transfugisme. Selon lui, « cette loi doit  être appliquée à tous les députés, élus par le First Past The Post ou à la proportionnelle », toutefois, il est d’avis que cette loi non plus n’ira pas plus loin.

La démarche de Rama Sithanen avec ses propositions sur le redécoupage des circonscriptions a aussi été abordée lors de cette rencontre. Rama Sithanen soutient qu’il est nécessaire de revoir la délimitation des circonscriptions pour apporter plus d’équilibre en termes de votants. Il s’attarde également sur l’aspect d’un pacte dans notre système électoral. Pour, le leader des mauves, c’est inexact. « Il est nécessaire de bien connaître l’histoire de notre système électoral afin de comprendre d’où vient cette formule de 20 circonscriptions », a-t-il ajouté.

Le leader du MMM a aussi commenté le prix des carburants. Selon lui, le gouvernement s’adonne actuellement à un Management of public opinion ces derniers jours afin d’aller de l’avant vers une augmentation des prix. « Nous ne sommes pas d’accord », lance-t-il. « Nous sommes dans une situation fluide. Dans une situation pareille ce n’est pas le moment pour une hausse sur le prix des carburants ». Selon lui, « il faut baisser la taxe sur les carburants, en attendant que la situation s’améliore ».