Le leader de l’Opposition, Paul Bérenger, a estimé samedi que le gouvernement britannique a, par le biais d’une réponse à une question parlementaire, humilié le Premier ministre, Navin Ramgoolam, et à travers lui le pays.
Le leader du MMM a fait état d’une réponse donnée par le ministre d’État au Foreign and Commonwealth Office, Lord Howell of Guildford, à une question posée par Lord Avebury, dans laquelle le ministre britannique affirme que la rencontre du Premier ministre avec son homologue britannique David Cameron a porté uniquement sur l’accord sur la piraterie dans l’océan Indien et qu’il n’a jamais été question d’engagement concernant la participation mauricienne dans les négociations en vue de l’extension du bail accordé par la Grande Bretagne aux États-Unis sur Diego Garcia.
Lord Avebury a en effet posé la question suivante : « To ask Her Majesty’s Government whether any talks agreed by the United Kingdom Prime Minister and the Prime Minister of Mauritius at their meeting on 8 June will cover the return of the Chagossian people, the restoration of Mauritian sovereignty over the Chagos Islands, and the ability of Mauritius to participate in the 2014 negotiations concerning the 1966 agreement between the United Kingdom and the United States, which expires in 2016 ». À quoi Lord Howell of Guildford a répondu : « The meeting held on 8 June was to sign a Memorandum of Understanding on Piracy. The British Indian Ocean Territory (BIOT) was raised but there was no detailed discussion of the return of the Chagossians, though the Mauritian Prime Minister stated that he thought that the islanders’ way of life was sustainable on the islands. There was no commitment to talks with Mauritius on the sovereignty of BIOT, over which the UK has no doubts : the islands have been British since 1814. Nor was there a commitment to involve Mauritius in any extension of the 1966 Exchange of Notes ».
Paul Bérenger a insisté sur le fait qu’il est indispensable et urgent de dégager les moyens « afin que Washington et Londres nous prennent au sérieux ». Interrogé par la presse, il a fait comprendre qu’il n’a pas encore rencontré Navin Ramgoolam pour lui faire une proposition « en toute confidentialité ».