Alors que les dirigeants de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) et un groupe d’une dizaine de femmes employées comme cleaners par les PTA des établissements scolaires s’apprêtent à entamer une grève de la faim cet après-midi, le leader du MMM, Paul Bérenger, a estimé samedi que le gouvernement devrait intervenir afin de trouver une solution acceptable à ce problème.
Le dirigeant du MMM, qui s’exprimait lors de la conférence de presse hebdomadaire de son parti, a dit sa solidarité envers les femmes cleaners et a déploré les salaires de misère qu’elles perçoivent. Il a annoncé qu’une interpellation de Veda Baloomoody, qui avait été le représentant légal de ces travailleurs à un certain moment, a été déposée à ce sujet au Parlement. Les 629 femmes, qui sont généralement employées par des contracteurs, militent pour de meilleures conditions de travail et un salaire décent et souhaitent être considérées comme des general workers. Paul Bérenger a tiré la sonnette d’alarme contre l’annonce du ministère de l’Éducation à l’effet qu’il procède au recrutement des general workers and helpers dont une bonne partie viendrait de la circonscription N° 8. « J’espère que ces rumeurs ne s’avèrent pas exactes », a-t-il ajouté.
 
Air Mauritius
Le leader du MMM a, dans le même souffle, observé que le recrutement de 39 deputy head teachers par la Public Service Commission donne lieu à des controverses. Le pays étant très fragile, il importe que toutes les précautions soient prises lors de ce genre d’exercice, dit-il. Paul Bérenger observe que les controverses ne sont pas étrangères au fait que « nous payons le prix de la crise des institutions ». « Heureusement que le judiciaire est là et est solide. La police et l’ICAC n’inspirent pas confiance. Ce gouvernement a fait un tort extraordinaire à nos institutions ». Le MMM étudiera la liste des recrues aujourd’hui, et il sera également question des possibilités d’appel et de ce que dit la loi, a-t-il annoncé.
Paul Bérenger a évoqué la situation au niveau d’Air Mauritius. Il estime que conseil d’administration et la direction de la compagnie ont une large part de responsabilité. Ainsi après avoir pris des mesures brutales et résilié le contrat de trois pilotes, ils préconisent l’apaisement. Il observe que le responsable des ressources humaines Mike Seetaramadoo se fait discret en ce moment alors qu’il a une part de responsabilité dans la situation malsaine qui s’est installée dans la compagnie. Il a fait état des rumeurs selon lesquelles Air Mauritius s’apprêterait à recruter des pilotes indiens. Il considère que si cela est vrai, ce serait honteux de la part de la direction de la compagnie aérienne. Par ailleurs, Paul Bérenger considère que les procédures n’ont pas été entièrement suivies dans le cas du limogeage des trois pilotes. Il a salué toutefois le rôle du judiciaire qui a joué pleinement son rôle dans cette affaire.
 
St-Géran
Toujours au chapitre social, Paul Bérenger a évoqué le tollé soulevé par les travaux de rénovation de l’hôtel St-Géran qui selon les forces vives de la région n’étaient pas conformes aux principes de Maurice Île Durable. Il a rappelé avoir effectué une visite des lieux en compagnie des forces vives ; la construction d’un restaurant massif presque dans la mer a attiré l’attention de tout le monde, dit-il. Le leader du MMM a dit bravo à tous ceux qui se sont engagés dans une action pour ramener les constructeurs à la raison. Il a fait des critiques très dures contre le ministre Etienne Sinatambou et la directrice de l’Environnement, Mme Sin Lan Ng Yun Wing, qui avait estimé que les choses ont été effectuées dans les règles. Pour lui, le ministre de l’Environnement aurait dû démissionner ou être révoqué par le Premier ministre. Il a, a de plus déploré qu’il n’y ait eu aucun suivi par les autorités responsables au niveau du ministère de l’Environnement. Quant au conseil de district, il a démontré son incompétence à l’instar des Administrations régionales en général qui ont dégringolé, dit-il. Paul Bérenger a demandé aux investisseurs de réparer les dégâts maintenant. Il a encore une fois félicité le judiciaire qui, à travers son jugement, a envoyé un avertissement à tout « hotel developpers ». Le jugement de la Cour suprême, dit-il, sera étudié en profondeur afin de comprendre dans quelles circonstances les responsables du St-Géran ont été en mesure de faire ce qu’ils ont fait.
Concernant la situation politique, Paul Bérenger a observé qu’à dix jours de la rentrée parlementaire, Pravind Jugnauth, censé être le Premier ministre, vient avouer publiquement qu’il n’a plus de contrôle sur ses ministres et ses parlementaires. Pour lui, le gouvernement est devenu « un vrai bazar » et l’heure des élections générales a sonné. « Plus le gouvernement reste en place, plus la situation va empirer ».
Mention a également été faite du « témoin choc » qui a déposé in camera devant la commission d’enquête sur la drogue. Cette situation est, selon lui, à l’origine des rumeurs les plus folles. Le leader du MMM appréhende l’éventualité que Pravind Jugnauth chercherait à se dérober afin de ne pas déposer devant la Commission d’enquête sur la drogue.
Par ailleurs, tout en exprimant son respect pour la fonction de leader de l’opposition, Paul Bérenger a estimé que Xavier-Luc Duval est « nul » à ce poste. Il a déploré le fait qu’il se soit présenté à la réception offerte par la Mauritius Sanatan Dharma Temple Federation en compagnie de son candidat aux élections au N° 18 vendredi soir.
 
MCB/NPF
Le jugement rendu dans l’affaire MCB/NPF vendredi a également été commenté par Paul Bérenger. Un jugement rendu après quatorze ans n’est pas glorieux, dit-il. Pour lui, il est choquant qu’après que la Cour a trouvé la MCB coupable pour blanchiment d’argent, ni l’ex-employé et ni les bénéficiaires n’ont pas été condamnés. Il déplore, de plus, le manque de réaction de la Banque de Maurice. Le jugement sera étudié en détail, dit-il.
Sur le plan régional, Paul Bérenger a commenté la détérioration de l’épidémie de peste à Madagascar. Il a exprimé sa sympathie envers les Malgaches mais a souligné qu’il est impérieux que les autorités locales manifestent la plus grande vigilance. Il considère qu’il est bon que des mesures ont commencé à être prises à Maurice jeudi dernier. Il a cité les mesures prises aux Seychelles après le décès d’un entraîneur de sport à Madagascar ; après, souligne-t-il, 12 personnes ont été mises en isolement et aucun étranger en provenance de Madagascar n’est autorisé à entrer aux Seychelles. Ces mesures devraient nous inspirer, a-t-il estimé.
Sur le plan multilatéral, le leader du MMM a adopté une position pragmatique concernant l’élection du directeur de l’UNESCO. Il a observé que la candidate de la République française, Audrey Azoulay, a été élue avec une voix d’avance sur le candidat du Qatar, conséquence de la division parmi les pays arabes vendredi. Cette élection doit maintenant être validée par les 195 pays membres des Nations unies le 10 novembre prochain. Il a souhaité dans le contexte actuel que Maurice soutienne la candidate de la France.
Paul Bérenger a profité de l’occasion pour parler des efforts en cours pour la réunification de la Palestine. Il a expliqué que le MMM a toujours été pour la création d’un État palestinien et pour un État d’Israël à l’intérieur de frontières sécurisées.