À la veille de la « mission statement » que doit prononcer le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, le leader de l’Opposition, Paul Bérenger, a qualifié cette démarche de « show ». À son avis, il s’agit d’un « aveu de l’échec du budget », présenté il y a cinq mois de cela par le ministre des Finances, et cela également constitue une « motion de blâme contre Vishnu Lutchmeenaraidoo ».
Paul Bérenger a rappelé que le ministre des Finances avait promis un deuxième miracle économique. Or, selon lui, « tout le monde sait que l’économie est en panne et que le budget a été un flop total ». Aujourd’hui, « Rambo », comme nommé par beaucoup, doit venir à la rescousse, a relevé le leader de l’Opposition. Il a affirmé avoir été invité à cette cérémonie à la Cyber Tower ce samedi matin, mais Paul Bérenger a indiqué que ni lui, ni les parlementaires du MMM ne seront présents.
Au chapitre de la situation politique dans le pays, le leader du MMM a démenti avec force les rumeurs selon lesquelles il y aurait un début de « koz-koze » avec le MSM. « Pena okenn raprosman e diskision ant le MMM et le MSM », a-t-il lancé. À ce propos il a réaffirmé sa position à l’effet qu’avec le nouveau gouvernement le pays est tombé de « Charybde en Scylla » (sap dan karay, tom dan dife). Il a cité les nombreux points de désaccord entre le MMM et le gouvernement, « à commencer par les nominations scandaleuses depuis les dernières élections générales ». Paul Bérenger a également mentionné l’abus de la police, la MBC « qui est pire que jamais », le « mishandling » de toute l’affaire BAI et du dossier de l’électricité et la trahison par rapport au Chagos. « Le silence du gouvernement sur ce dossier correspond à une trahison », estime le leader du MMM.
Commentant le discours prononcé par Sir Anerood Jugnauth lundi à l’ouverture de la conférence des Petits États Insulaires en développement organisée par l’UNIDO, Paul Bérenger a considéré que c’est du « bla-bla ». « SAJ a parlé de sa volonté de prendre les taureaux par les cornes. Or, sur une corne il y a Prakash Maunthrooa et l’autre, Bissoon Mungroo, alors qu’Anil Gayan tient le taureau par la queue », a-t-il imagé.
Paul Bérenger affirme avoir déjà entendu les promesses du MSM sur la Declaration of Assets Act et sur le financement des partis politiques. « Le MSM en avait déjà parlé avant de faire volte-face », a-t-il observé. Le leader de l’Opposition lance un défi au Premier ministre de venir de l’avant avec une vraie Declaration of Assets Act, où les ministres et les députés devront déclarer leurs avoirs publiquement. « Je mets au défi SAJ de faire une bonne loi sur le financement des partis politiques », a-t-il ajouté.
Concernant l’affaire MedPoint, Paul Bérenger a affirmé être en présence d’informations selon lesquelles le gouvernement chercherait à amender soit la Constitution, soit la POCA, en vue de rendre caduc le jugement de la Cour suprême contre Pravind Jugnauth et de disculper ce dernier. Il a observé que la définition de « public officer » dans la Constitution exclut les ministres et les députés. Toutefois, à l’occasion de l’adoption de la présentation de la POCA en 2000-2005, le concept de « public officials » avait été introduit. Ce terme comprend les officiers publics, mais également les ministres et les députés. C’est à ce niveau que le gouvernement chercherait à intervenir. « Cette information est très dérangeante et j’invite SAJ à la démentir officiellement », a-t-il lancé.
Concernant la situation du MMM, Paul Bérenger a tenu à apporter une précision par rapport aux informations parues dans une section de la presse. Il a insisté sur le fait n’avoir jamais rien imposé sur ses enfants. « De quel droit quelqu’un a-t-il pu écrire que j’ai essayé de convaincre mon fils d’entrer en politique ? », a-t-il demandé. Et d’affirmer qu’il n’a jamais fait pression sur son fils qui est libre de son choix. De plus, a-t-il dit, contrairement à ce qui a été écrit, ses enfants et lui méprisent tout ce qui touche à la dynastie en politique. Il a félicité sa fille d’avoir déclaré à la presse que la méritocratie fait partie des valeurs fondamentales du MMM. Il a précisé qu’aucun de ses enfants ne bénéficie de droit spécial au sein du MMM. « Pa bles dimoun, pa insilte dimoun, pa deklar konn tou » a-t-il relevé. Il a, par la même occasion, précisé qu’il n’y a pas de tension au MMM et qu’il ne fait aucune préférence entre Pradeep Jeeha et Ajay Guness. « En tant que leader du MMM je n’ai pas à choisir entre deux militants extrêmement valables. C’est le MMM qui choisira son avenir, s’il doit aller seul aux élections et avec qui comme Premier ministre, et quelle équipe ministérielle sera présentée ».
Paul Bérenger estime que le MMM a une équipe formidable qui se consolide de jour en jour après les six mois les plus difficiles qu’il ait connus de sa vie « par la faute de Navin Ramgoolam ». Concernant le Nine-Year Schooling présenté par la ministre de l’Éducation, le leader du MMM s’aligne entièrement sur la déclaration de Steven Obeegadoo, porte-parole du MMM pour l’éducation.