(Photo d'archives) Jenny Adebiro, au centre

La commission des Femmes du MMM organisera un séminaire dans le cadre de la Journée internationale de la Femme le dimanche 8 mars. Une initiative, comme l’explique Jenny Adebiro, la présidente, « afin de tout mettre en œuvre pour une société de non-violence ». Le thème retenu par la commission des Femmes du MMM cette année est « Stop violence envers les femmes ».

L’assistance aura l’occasion de discuter de la situation des femmes à Maurice et des droits dont elles jouissent, avec l’apport d’un légiste et d’un sociologue.
La commission des Femmes du MMM a ainsi tenu une conférence de presse hier au Hennessy Park Hotel pour faire part de son programme dans le cadre de la Journée internationale de la femme célébrée le 8 mars. Jenny Adebiro, la présidente de la commission, a rappelé l’importance de sensibiliser à la question de la violence faite aux femmes.

« Cela est important pour la stabilité du pays et pour une société juste qui avance dans le droit chemin », a-t-elle souligné. Et Jenny Adebiro de poursuivre : « Paret violans aster pe form parti kiltir morisien. Violans li pa zis bann kou, li fizik, li emosionel, sikolozik. Pe les violans propaze, donk bizin azir pou diminie ka violans parski sa pe blok fam pou so lavansman ». Elle a soutenu ainsi que le MMM « est très concerné » par le sort des femmes dans notre société, raison pour laquelle ce séminaire sur la violence envers les femmes est mis sur pied « pou ki bann fam kapav donn zot lavwa pou kone ki bann difikilte ena eki aksyon kapav pran ».

Rooma Bahadoor, vice-présidente de la commission, a quant à elle expliqué que le séminaire débutera à 9h30 dans la salle de conférences du Hennessy Park Hotel. « Li pou enn posibilite pou bann fam lev lavwa kont linzistis olie sibir dan lombr ». Le leader du MMM, Paul Bérenger, prononcera son message avant le début du séminaire. Ainsi, ceux présents auront l’occasion de débattre sur la violence envers les femmes pour les informer de leurs droits. Un légiste et un sociologue apporteront aussi leur contribution au débat. « Apre sa seminer la, nou pou tir tou bann pwin far ki nou pou revandike pou aret violans anver fam », a expliqué Rooma Bahadoor. La commission des Femmes du MMM entend, par la suite, monter un dossier qui sera rendu public.