Le leader du MMM a affirmé samedi dernier que les discussions entre ce parti et le MSM en vue des prochaines élections générales « ont bien progressé » et qu’il communiquera à l’Assemblée des délégués de son parti, le 22 mars prochain, les principaux points d’accord. Une réunion très attendue puisque la “base mauve” aura à « reconfirmer » ce jour-là le Remake 2000.
« Mo pou donn lors de lasamble maximum linformasion ki kapav done », a déclaré Paul Bérenger lors de la dernière conférence de presse du Remake. Le leader du MMM a insisté sur « les progrès » dans les discussions entre les deux partenaires du Remake portant sur les principaux points, à savoir la liste des candidats, le programme gouvernemental, les nominations aux postes clés et la hiérarchie. « Pena blokaz me ena kontiniasion diskision lor sertin pwin. Nou pe progrese », soutient Paul Bérenger.
Les crevasses importantes découvertes dans la Ring Road et l’affaire DY Patil Medical College, qui dominent l’actualité depuis la semaine dernière, ont été les deux principaux sujets abordés samedi par Paul Bérenger et sir Anerood Jugnauth. Dans le cas de la Ring Road, les deux intervenants ont souligné qu’une somme de Rs 1,3 milliard a été engloutie rien que pour la réalisation de la phase 1 de ce projet routier et s’interrogent sur la manière dont l’argent des contribuables est utilisé. Le leader du MMM se demande si ce qui arrive à la ring Road n’est pas une « répétition du fiasco » du projet de Bagatelle Dam où les travaux ont été suspendus alors qu’une somme faramineuse, soit Rs 3,3 milliards, a déjà été dépensée pour ce grand chantier. Le leader du MMM estime le coût final à entre Rs 5 milliards et Rs 6 milliards si jamais ce projet aboutit. Il s’agit, selon sir Anerood Jugnauth, de ni plus ni moins qu’une « dilapidation des fonds publics ». « Ki manier pe dilapid larzan piblik, tou sa gaspiyaz-la se piblik ki pe soufer, enn zour zot pou bizin rann kont », a dit SAJ.
Concernant l’affaire DY Patil, sir Anerood Jugnauth est d’avis qu’il s’agit « d’un cas d’escroquerie » en soulignant la somme réclamée aux étudiants. Le gouvernement aurait dû ordonner immédiatement la fermeture de ce collège de médecine, dit-il. « Se enn de pli gran skandal parmi tou sa bann lezot skandal ki nou pe trouve dan pei. Ti bizin shut down sa lekol-la e fer li aret roule ». L’ancien président de la République ne cache pas son étonnement devant l’identité de la personne qui occupe le poste de directeur de cette école, à savoir Raj Bappoo, l’époux de la ministre Sheila Bappoo, vu que celui-ci est connu principalement dans le domaine de l’apiculture. Paul Bérenger, pour sa part, a fait état de récentes dénonciations concernant les « universités bidons » dans le pays et a tenu Rajesh Jeetah pour responsable des problèmes dans le secteur de l’enseignement supérieur. « Se enn repetision de bann liniversite bidon de Jeetah. Que ce soit à la Santé, au Commerce et maintenant dans l’enseignement supérieur Jeetah a été une catastrophe », soutient le leader du MMM qui ne comprend pas comprend le Premier ministre peut tolérer les actes de ce ministre. « Li finn enn katastrof soutire par Ramgoolam ».
Le leader du MMM a aussi exprimé son désaccord avec le gouvernement pour la nomination de Vimalen Reddi à la fonction de chairperson du conseil d’administration de l’ICTA. Ce dernier remplace en effet Trilock Dwarka, qui a démissionné la semaine dernière. Paul Bérenger fait remarquer que la personne nommée est « un jeune avocat » et qu’il lui « manque de l’expérience » pour occuper un tel poste de responsabilité dans un secteur clé de l’économie du pays.
Par ailleurs, la réplique de sir Anerood Jugnauth aux propos de Navin Ramgoolam selon lesquels il ne serait pas une personne cultivée a été très virulente. « Li enn zwiser … So kosmar se Remake 2000, li pe divage », a riposté SAJ.