Le Mouvement Militant Mauricien (MMM) a réuni la presse hier pour discuter de la rentrée scolaire 2012 et de ses implications. Au coeur du débat, l’Enhancement Programme du ministère de l’Éducation qui coûte à l’État quelque Rs 4 millions par mois.
La députée mauve Lysie Ribot a partagé hier son indignation face à l’Enhancement Programme du ministère de l’Éducation à une conférence de presse à l’hôtel Saint-Georges à Port-Louis. « Eski ena enn letid lor komie zanfan ki koumans program-la ek fini li lafin lane ? Si ena 25 au debi li reduir li vinn 4 ou 5 la fin lane », a-t-elle déclaré. De surcroît, le programme coûterait quelque Rs 4 millions par mois à l’État selon la députée MMM. « Eski nou pe gagn value for money ? », s’interroge-t-elle.
Concernant l’évaluation du programme, le ministre Vasant Bunwaree aurait dit qu’il n’est pas judicieux de l’évaluer en ce moment car il vient d’être lancé. « Pe al lor trwasiem lane-la… Ti dir ki ti pou ena enn lekip dan MIE (Mauritius Institute of Education) ki ti pou fer evaliasyon apre zot dir ki pou rod enn expertiz etranzé », a souligné Lysie Ribot. Selon elle, une expertise locale serait suffisante en ajoutant que « kouma dir pena ase exper dan Moris ».
Lysie Ribot s’est penchée sur le problème d’eau dans les écoles. « Eski pe pran bann disposition pou bann zanfan pou ki ena smooth running dan bann lekol ek collez ? Si ena ki disposition ? », s’interroge la députée de l’opposition. Elle soutient qu’une école est favorable à la propagation de maladies et que le ministère de la Santé a déjà mis en garde la population sur des cas de gastro-entérite en cette période. La députée mauve ajoute que l’hygiène dans les écoles est primordiale. Il est difficile d’imaginer comment un bâtiment accueillant quelque 1 000 personnes tous les jours n’ait pas d’eau dans les toilettes, affirme la députée de l’opposition.
La hausse des prix des matériels scolaires a aussi été discutée. Selon Lysie Ribot, une famille dépense entre Rs 1 500 et Rs 3 000 par enfant pour les livres sans compter les autres dépenses liées à la scolarisation. La flambée du prix du papier serait l’un des facteurs qui pourraient expliquer cette hausse. La députée du MMM souligne qu’il y a une aide du ministère de la Sécurité sociale pour soulager les parents à faibles revenus et ayant plusieurs enfants scolarisés. « Sekirite sosial fer enn evaliasyon… Bokou dimounn pa kone ena sa », dit-elle.
La députée du MMM est d’avis qu’un « book scheme bien striktire kapav marse ». Un programme d’échange de livres et de vente de livres « second-hand » dans les écoles serait idéal, souligne Lysie Ribot.