Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) estime que le Premier ministre « Navin Ramgoolam nepli kontrol nanyen aster ». C’était samedi, lors d’une conférence de presse du parti au Caudan. Paul Bérenger commentait le comportement de l’Attorney General, Yatin Varma. Le leader de l’opposition Alan Ganoo devait, quant à lui, demander que le rapport des experts indiens sur l’autobus accidenté de Sorèze et le rapport du PRB de Manraj soient rendus publics. La publication du rapport sur l’affaire de pédophilie alléguée au MITD a aussi été réclamée par Paul Bérenger. Il a par ailleurs souhaité que « le Premier ministre tienne son engagement concernant la réforme électorale ».
Le leader du MMM s’est longuement appesanti sur « le comportement » de l’Attorney General, Yatin Varma, qui, précise-t-il, n’est pas un élu du peuple mais le conseiller légal du gouvernement. Le leader du MMM a, entre autres, évoqué le non respect des procédures en ce qui concerne la présentation et l’adoption des lois au parlement par ce conseiller légal.
Paul Bérenger a également fustigé le Premier ministre qui, dit-il, doit connaître ces procédures. Il a parlé de l’affaire d’agression dans laquelle est impliquée Yatin Varma. Selon lui, le PM a sa part de responsabilité dans cette affaire où on tenterait de faire pression sur les témoins indépendants. « Li revoltan », lance-t-il. Selon lui, M. Ramgoolam devrait demander à Yatin Varma de partir. « Ramgoolam pena kouraz pou tir li kom Attorney General », avance-t-il. Et d’ajouter : « Ramgoolam nepli kontrol nanyen aster. »
« Dimoun revolte. Pangar Ramgoolam krwar dimoun pa pe marke-garde », a poursuivi Paul Bérenger. Abordant la question de la réforme électorale, il dit avoir pris connaissance de la réponse de Navin Ramgoolam et souhaite que cette fois-ci, contrairement au passé, le PM tienne son engagement et vienne de l’avant avec un texte de loi et l’amendement de la Constitution au plus tard en juillet, comme il l’a annoncé.
Le leader du MMM et le leader de l’opposition ont tous deux commenté longuement l’affaire de pédophilie alléguée au MITD et demandent la publication du rapport de la magistrate qui a présidé le Fact finding Committee (FFC). Ils trouvent révoltant que seul le ministre de tutelle, Vasant Bunwaree, ait eu accès à ce rapport.
Le leader de l’opposition, pour sa part, a estimé que la tournure que prend l’affaire MITD avec l’arrestation de la psychologue Pascale Bodet est extrêmement grave. Cela perturbe la population et la professionnelle qui vient d’une famille mauricienne très respectée, poursuit-il. « Li inakseptab pou kor profesionel a ki li apartenir », soutient M. Ganoo. Selon lui, cette situation vient confirmer « la position antidémocratique des princes du jour du gouvernement. Cela décourage les honnêtes gens à dénoncer des cas lorsqu’il y a entorse à la loi ». Pour lui, « la série noire continue après l’affaire Hector Tuyau, ensuite le syndicaliste Hemant Madhow ».
Le leader de l’opposition a également lancé un appel à la population pour qu’elle se montre solidaire de la psychologue Bodet. « Nou denons seki minis Bunwaree ek Premie minis pe fer avek popilasion. Nou deman popilasion et solider pou anpes dominer ek masak ki minis Bunwaree pe fer à lademocrasi », avance-t-il. De son côté, Paul Bérenger a soutenu que le Premier ministre est responsable de cette situation et que dès le départ, il aurait fallu faire une déposition à la police.
Abordant l’accident fatal du 3 mai survenu à Sorèze, Alan Ganoo a évoqué un dysfonctionnement au niveau de la CNT. Selon lui, chauffeurs, receveurs, conducteurs, entre autres, dénoncent quotidiennement la situation au sein de ce corps para-étatique. Par conséquent, il demande « la réorganisation du CNT ». « CNT bizin enn bon kout balie », soutient-il. Et de déclarer qu’il y a eu 7 909 cas d’accidents dans lesquels les autobus ont été impliqués depuis 2000, dont 45 fatals. Il dénonce aussi le fait que les pièces de rechange des véhicules n’étaient pas d’origine. « Se enn raket kinn ena lie dan servicing ek maintenance », soutient-il.
Le leader de l’opposition demande que le rapport des indiens, qui sont venus expertiser l’autobus de la CNT accidenté, soit rendu public. Il demande aussi que tous les bus d’Ashok Leyland de 2007 soient retirés des routes mauriciennes car ce sont des « cercueils mobiles ». Il demande aussi à ce que tous les poids lourds soient équipés d’un limiteur de vitesse et que cette mesure soit renforcée par une loi. Le leader de l’opposition a par ailleurs proposé la mise en place d’une zone tampon aménagée de sable au « virage de la mort, pou aret veikil kan ena problem mekanik ».
Alan Ganoo considère également qu’il y a une grande déception parmi les fonctionnaires en ce qui concerne le rapport du PRB qui préconisait que les recommandations prennent effet à partir du 1er janvier alors que le nouveau, évoquerait la date du 1er juillet.
Les Mauves ont tenu également à affirmer leur solidarité avec les syndicats « ki fer presyon lor gouvernman pou rann rapor piblik ».