La Commission éducation du MMM déplore le « silence assourdissant » sur les modalités de la mise en oeuvre de la réforme de l’éducation et fait part de son inquiétude sur le flou entourant de nombreux aspects de cette réforme. Lors d’une conférence de presse hier après-midi, le président de cette commission a déploré vivement « le déficit de communication » de la part du ministère alors que les enfants qui entreront en Std V l’an prochain seraient, d’après le plan, les premiers participants au nouvel examen de fin d’études primaire qui entrera en vigueur en 2017 et lequel comprendra une dose de contrôle continu.
Steve Obeegadoo affirme qu’une projection PowerPoint n’est en général qu’une présentation sommaire d’un projet et que la ministre de l’Éducation aurait dû présenter un document complet et détaillé de son plan de réforme et se lancer dans une vaste campagne d’explications et d’informations dans tout le pays. L’ancien ministre de l’Éducation du MMM a fait état de son expérience personnelle lorsqu’il a enclenché la reforme pour la régionalisation et a cité aussi celle de l’ex-ministre Kadress Pillay en 1998 sur sa proposition de Middle Schools. Steve Obeegadoo relève deux types de réactions dans la population à cause de ce manque d’informations : l’angoisse de nombreux parents et l’indifférence de beaucoup de personnes à ce projet de réforme. Le président de la Commission Éducation du MMM se dit déçu qu’il n’y a eu aucun effort du ministre depuis la présentation officielle du projet pour répondre aux nombreuses interrogations similaires qui émanent de plusieurs milieux de l’éducation et se demande si les commentaires et suggestions que des syndicats et autres partenaires de l’Éducation nationale ont fait parvenir au ministère seront pris en considération. « Nous sommes très inquiets nous aussi au sujet de ce silence assourdissant du ministère. Nou pe bouz fix… Ce manque d’informations risque de faire échec à ce projet de réforme ».
Steve Obeegadoo rappelle que le MMM avait accordé un « soutien conditionnel et critique » au gouvernement pour ce projet Nine-Year Schooling. « Nous sommes d’accord avec le principe de la réforme et nous avons dit à Mme Dookun que c’est une occasion historique sans précédent de poursuivre la réforme que le MMM-MSM a commencée en 2000-2005. Malheureusement nou pe bouz fix. Le MMM ne peut soutenir un ministère qui est incapable d’expliquer et de soutenir ses propositions. Nous ne pouvons aussi soutenir un projet sans objectif bien clair. Nous souhaitons que le ministère se ressaisisse. Le MMM ne restera pas les bras croisés face au désarroi des parents et des enseignants ». Il insiste sur l’importance d’écouter l’opinion publique et lance lui aussi un appel au ministère pour la tenue d’un débat national.
Steve Obeegadoo est revenu sur les « zones d’ombre » de ce projet en s’attardant sur la formule d’admission au secondaire en Year 7 et celle pour l’admission dans les Academies en Year 10. L’ancien ministre de l’Éducation a fait part de sa profonde inquiétude au sujet du « stress prolongé » que les enfants subiront dès l’entrée au primaire. « La compétition reste intacte », note Steve Obeegadoo.