Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, a lancé une mise en garde samedi contre toute velléité gouvernementale en vue d’une augmentation éventuelle des prix des produits pétroliers. « Pas question d’augmenter, même si le prix du pétrole atteint les USD 50 le baril », a-t-il lancé.
Le leader du MMM a, lors de sa conférence de presse samedi, rappelé que le prix du pétrole sur le marché international était passé de USD 115 le baril à USD 27 avant de remonter à USD 47 ces derniers temps. Toutefois, son principal point de contentieux a été la hausse sensible du prélèvement sur le prix des produits pétroliers de Re 1 à Rs 4 en janvier 2015 pour les besoins de Build Mauritius Fund (BMF). Ce qui, selon Paul Bérenger, constitue une « taxe massive imposée par le ministre des Finances d’alors, Vishnu Lutchmeenaraidoo, afin de se taper l’estomac plus tard pour avoir présenté un “no tax budget” ».
De ce prélèvement, les consommateurs mauriciens ont contribué pour « un montant considérable » de Rs 1,6 milliard dans les caisses de l’État. À travers une interpellation parlementaire en novembre 2015, le ministre des Finances avait indiqué que le BMF avait accumulé Rs 4 milliards. Il a rappelé que les Rs 1,6 milliard prélevées des poches des consommateurs étaient initialement destinées à financer le remplacement des tuyaux défectueux de la CWA afin d’assurer, à terme, une fourniture d’eau 24/24h. Cependant, le leader de l’opposition soupçonne que des fonds du BMF ont été utilisés pour « alléger la dette publique » nationale. Pour soutenir ses dires, Paul Bérenger a dit avoir observé que le nouveau ministre des Finances, Pravind Jugnauth, « a esquivé habilement » mardi dernier une question destinée à savoir si Rs 2 milliards provenant du BMF ont été utilisées pour soulager la dette publique.
Dans le même élan, le leader de l’opposition a fait part de ses appréhensions au sujet de la volonté du gouvernement d’augmenter les prix des produits pétroliers, maintenant que les prix semblent s’acheminer vers les USD 50 le baril. Des soupçons ont dès lors été émis par Paul Bérenger quant aux intentions du ministre de l’Industrie et du Commerce, Ashit Gungah – qui a donné une conférence de presse vendredi – de vouloir « préparer l’opinion publique en vue d’une augmentation » du prix de l’essence et du diesel. « Pas question d’augmentation, même si les prix atteignent USD 50, a-t-il lancé. On continue à puiser des milliards des poches des consommateurs et cet argent est utilisé pour faire baisser la dette publique. » Le leader de l’opposition a également indiqué être « très intéressé » à savoir quel montant du BMF a été dépensé pour le remplacement des tuyaux défectueux. Si le prix du pétrole continuait à grimper, Paul Bérenger aurait préféré à la place que le prélèvement de Rs 4 sur le prix de l’essence et du diesel soit réduit. Le leader de l’opposition n’a pas écarté la possibilité que cette question soit au centre de sa Private Notice Question (PNQ) demain.
Paul Bérenger a d’autre part félicité la ministre de l’Égalité des genres, Aurore Perraud, pour les amendements apportés à la loi pour combattre les violences domestiques. Il s’est également réjoui que le texte de loi n’ait pas été débattu la semaine dernière « afin de donner une semaine aux parlementaires pour l’étudier ». Toutefois, le leader de l’opposition regrette que la ministre n’ait « pas apporté de nouveaux amendements » concernant le viol conjugal et le prétexte de l’infidélité pour essayer d’atténuer les condamnations. Un appel a été lancé à la ministre  afin que ces points soient tenus en ligne de compte. Dans la même mouvance, Paul Bérenger a exprimé des doutes par rapport aux conseils donnés par le Parquet à la ministre Perraud à ce sujet.
Le leader du MMM a d’autre part décrit la suspension du directeur général adjoint du CEB, Hassen Fakim, comme « un acte de lâcheté ». Il explique : « Au lieu de remercier le “whistleblower”, la direction du CEB s’est engagée dans une enquête à la KGB pour suspendre le directeur adjoint, qui n’a rien à voir avec la publication d’une lettre écrite par M. Hébrard (…) Je ne l’ai jamais rencontré. Sa suspension est indigne et honteuse. C’est une lâcheté ! »
Au sujet de la création d’une “boat free zone” à Mon-Choisy, Paul Bérenger a déploré que les opérateurs qui travaillent légalement n’aient « pas été mis dans le coup ». Selon lui, « c’est d’autant plus embêtant que des rumeurs circulent au sujet de l’implication de certains ministres dans un projet de création d’aquapark ». Avant d’estimer que la création de cette zone doit être effectuée « en toute transparence et en consultation avec les opérateurs ».
En ce qu’il s’agit de l’augmentation des salaires des ministres et parlementaires, le leader de l’opposition a observé que ces hausses varient entre 3% à 8% alors que le PRB a accordé des hausses salariales de 6% à 16%. Les tableaux concernant les allocations, a-t-il soutenu, n’ont pas encore été diffusés. « C’est à la lumière de cela que le MMM compte réagir et annoncer la ligne à suivre », a déclaré Paul Bérenger.
En réponse à des questions de la presse, le leader de l’opposition a pris, avec une pointe d’humour, ce qu’il estime être « des fleurs » que lui ont lancées des membres du gouvernement lors de la séance parlementaire de la semaine dernière.