Le leader du MMM, Paul Bérenger, est revenu sur le discours du Budget présenté lundi dernier par le ministre des Finances pour déplorer que « le budget de développement a été sacrifié ».
Paul Bérenger s’est contenté de commenter sommairement le Budget, préférant laisser Reza Uteem élaborer plus longuement sur l’exercice budgétaire dans son discours qu’il doit prononcer demain pour ouvrir les débats sur le Budget. Il a ainsi estimé que le Budget est « une occasion ratée », poursuivant : « C’était vraiment l’occasion d’un vrai départ pour notre économie après des élections générales, tenant en compte les attentes dans le pays, notamment parmi les jeunes chômeurs. Cependant, le ministre des Finances a réussi à cacher à tout le monde que le budget de développement du gouvernement a été sacrifié. Ce qui est un crime contre l’avenir. »
Pour lui, Vishnu Lutchmeenaraidoo aurait dû se concentrer sur le budget du développement dans l’espoir que le secteur privé suivra. Analysant les chiffres, il a observé que les dépenses totales du gouvernement pour les deux prochains exercices budgétaires augmenteront de 15%, « ce qui est dramatique ». Et alors que les dépenses courantes, elles, ont augmenté de 18%, le budget du développement a été réduit de 8%. « Lutchmeenaraidoo a choisi la voie de la facilité », a-t-il dit. Et de rappeler que le Budget présenté par Vishnu Lutchmeenaraidoo la semaine dernière avait prévu un budget de développement de Rs 12 milliards en 2015 et de Rs 14 milliards l’année suivante. « Au lieu de cela, le budget a été réduit », a dit Paul Bérenger, ce qui l’amène à conclure qu’il n’y aura pas de croissance de 5,3% ou de 5,7%, et que « la création d’emplois ne suivra pas ». Le gouvernement « doit compter totalement sur le secteur privé, dont les investissements ont dégringolé » durant ces dernières années. « Avec des chiffres pareils, il n’y aura pas de miracle », a lancé Paul Bérenger.
Commentant l’annonce du lancement de huit mégas projets par le ministre des Finances, Paul Bérenger l’a qualifié de « grand bluff du ministre des Finances ». En effet, dit-il, des huit projets annoncés, « cinq sont déjà en cours et sont entièrement financés par le secteur privé ». Il a ainsi cité le projet d’Omnicane dans le Sud, celui du St-Felix Village, dans le Sud également, celui de Médine, à l’Ouest, celui d’Azuri et celui de Terra, dans le Nord. Concernant le projet de Roche-Noire, « il dort dans un tiroir depuis des années », poursuit-il. « De plus, le projet de Highland figurait sur la liste des projets dans le cadre du Public Sector Investment Programme ». Quant au projet de Riche-Terre, « c’est simplement un autre nom pour le projet Jin Fei ». Et de se demander : « Si les Chinois ne sont pas venus lorsqu’ils étaient actionnaires à 100%, est-ce qu’ils viendront maintenant qu’ils n’ont plus que 20% de participation dans le projet ? » Pour lui, le discours du Budget a été « un grand show à la Lutchmeenaraidoo » mais « petit à petit, les yeux s’ouvrent », a-t-il observé.
Pour sa part, Ajay Guness s’est appesanti sur l’organisation des municipalités. Il a ainsi annoncé une première réunion de concertations entre les membres du comité central et les conseillers municipaux le 11 avril à la mairie de Beau-Bassin/Rose-Hill. Il a aussi évoqué l’organisation d’un rassemblement pour les quatre circonscriptions de Port-Louis le 10 avril à 20h30.
Reza Uteem, de son côté, a parlé du jugement de la Cour suprême de l’Inde au sujet des infractions commises à travers les moyens de communication numérique. Finalement, Paul Bérenger a évoqué à nouveau la journée de réflexion prévue le 1er mai à laquelle participeront également les anciens du MMM, dont Jayen Cuttaree et Ahmad Jeewa.