C’est un budget intéressant mais ce n’est pas un budget de relance. Nous reviendrons plus en profondeur lors de notre conférence de presse ce samedi et le porte-parole économique du MMM, Reza Uteem, fera une analyse en profondeur lors de son intervention à l’Assemblée nationale mercredi prochain.
Contrairement à l’apparence générale du discours, le budget de développement n’a pas augmenté. Le ministre des Finances relève dans ses estimations que l’investment rate gouvernement-secteur privé reste inchangé. Or, sans relance économique il n’y a pas de création d’emplois. Il n’y a pas eu donc de rupture avec le budget précédent dans la mesure où il favorise les dépenses courantes. Le ministre des Finances annonce une croissance de 4,1 % alors que la BoM annonce une croissance de 3,6 % pour 2016 et 3,8 % pour 2017 sans tenir en compte l’effet du Brexit. Il nous faudra maintenant aller en profondeur sur les détails et les chiffres mis de l’avant.
La baisse du prix du gaz ménager était long overdue vu que les prix ont dégringolé sur le marché mondial depuis longtemps. Néanmoins, Pravind Jugnauth n’a pas été farceur comme Vishnu Lutchmeenaraidoo qui avait fait des prévisions de croissance de 5,3 % en 2015-2016 et de 5,7 % en 2016-2017. Quant aux mesures annoncées concernant le CSR, il faudrait connaître les critères qui seront utilisés et quelle sera son approche.
Le MMM accueille favorablement l’introduction du système de métro léger, qui n’aurait pas été possible sans l’aide de l’Inde.