Intervenant hier en fin d’après-midi au Hennessy Park Hotel, à la Cybercité d’Ébène, lors d’une rencontre avec la presse, le leader du Mouvement Militant Mauricien, Paul Bérenger, a tiré à boulets rouges sur le gouvernement, l’accusant d’avoir mal géré toute l’affaire BAI. Il ajoute que cette affaire coûtera plus de Rs 10 milliards aux contribuables. Il a également commenté le problème de relocation des marchands ambulants et celui des artistes dont les oeuvres sont piratées.
« Lafer BAI se enn gro skandal, pena deba lor la. Me nou pe denons manier ki gouvernman finn mishandled sa zafer-la depi le debu », s’est en substance indigné Paul Bérenger hier au Hennessy Park Hotel. Il était entouré du Secrétaire général du parti Ajay Gunness et des autres membres. Selon Paul Bérenger, par la faute du gouvernement les contribuables mauriciens devront débourser à partir de cette année, et ce, pour les cinq prochaines années, une somme de plus de Rs 10 milliards.
D’emblée, le leader du MMM a dit avoir noté une contradiction entre les déclarations publiques du ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo et celles du ministre de la Bonne gouvernance Roshi Bhadain, concernant l’utilisation de l’argent des contribuables pour redresser les entreprises impliquées dans le scandale BAI. « Alors que le ministre Bhadain a déclaré que le gouvernement n’utilisera pas l’argent des contribuables, le ministre Lutchmeenaraidoo a affirmé pour sa part que le MMM n’est pas loin de la vérité quand nous disons que le gouvernement va puiser dans les poches des contribuables », a-t-il précisé.
Chiffres à l’appui, Paul Bérenger a démontré comment le gouvernement a utilisé l’argent public pour remettre à flot la nouvelle banque, la MauBank, et la nouvelle compagnie d’assurances, la National Insurance Company (NIC). « Se bann trou san fon », a-t-il affirmé. Paul Bérenger a d’autre part déclaré que le gouvernement n’a jusqu’ici « pas respecté ses engagements » auprès des clients de l’ex-BAI, plus particulièrement ceux âgés de plus de 75 ans. « Roshi Bhadain inn bluffe », s’est-il indigné.
Concernant Apollo Bramwell, la reprise de cet hôpital se fait toujours attendre, malgré les diverses annonces du gouvernement en ce sens. « An atandan pe perdi Rs 30 à Rs 40 millions par mwa », a-t-il soutenu.
De même, a poursuivi l’intervenant, les employés d’Iframac ont été « bernés ». « Kouyonn anploye. » Et d’ajouter : « Parallèlement pour Courts, le gouvernement n’a récolté que Rs 250 millions. » « Peanuts ! Se pourkwa nou pe dir ki lafer BAI dan so lansam pou kout kontribuable plis ki Rs 10 miliar le 5 prosenn zane, environ Rs 3 miliar pou 5 bidze ki pou vini a partir de sa lane-la. Nou pou poz PNQ dan Parlman, zot pou bizin rann kont dan Parlman ek o prosin gouvernman », a affirmé Paul Bérenger.
Concernant le problème de relocation des marchands ambulants, Paul Bérenger a déploré le fait que le gouvernement de l’Alliance Lepep ait rejeté le projet de les reloger à Decaen et à la Place de l’Immigration du gouvernement Ramgoolam pour ensuite revenir à la case départ. « Zordi marsan anbilan pou bizin pey Rs 500 par mwa pou travay dan lapli-soley. »
Dans ce contexte, le leader du MMM a ouvertement critiqué le projet « Port-Louis Smart City » présenté par les ministres Lutchmeenaraidoo, Bodha et Husnoo vendredi dernier. Il s’est montré très sceptique. Paul Bérenger a par ailleurs trouvé « logique » que le gouvernement doive prendre la décision d’étendre la validité de la présente carte d’identité nationale en attendant le verdict du Privy Council sur la constitutionnalité de l’obligation de donner son empreinte digitale pour l’obtention de la nouvelle.
Le leader du MMM s’est dit d’autre part solidaire des artistes victimes de piraterie, expliquant qu’il attend d’avoir de plus amples informations sur la manifestation prévue le 29 janvier prochain par ces artistes, avant de décider s’il va y prendre part ou pas.