Le leader du MMM est revenu à la charge samedi pour réclamer l’organisation des élections générales le plus vite possible. Pour Paul Bérenger, le plus tôt les élections sont organisées le mieux ce sera pour l’économie du pays et le budget devrait être présenté après les élections générales.
« Je ne souhaite pas la présentation d’un budget à la veille des élections. Ce n’est pas le temps de présenter de budget, mais le temps d’organiser les élections avant la fin de l’année. À ce moment on laissera le soin à un nouveau gouvernement de mettre l’économie sur la voie de la relance dans le respect de l’environnement et dans la justice sociale », a dit Paul Bérenger. Il a estimé qu’alliance ou pas, les élections doivent être organisées le plus vite possible tout en reconnaissant que cela relève des prérogatives du Premier ministre.
Le leader de l’opposition a précisé qu’aucune alliance n’a été conclue avec le PTr mais observe déjà que même sans alliance, beaucoup de choses positives se sont produites, notamment l’adoption de l’amendement de la constitution pour la participation aux élections « qui constitue un pas historique », la réforme électorale dont le projet de texte de loi a déjà été préparé. « Je note que depuis qu’on évoque le « koz koze », il n’y a pas eu de scandales. Au contraire, il y a eu une réaction positive du Premier ministre concernant le Serious Fraud Office et cerise sur le gâteau il y a eu le big bang sur les courses hippiques », a dit le leader du MMM. Il a fait mention de la rencontre entre le Premier ministre et lui concernant les sommets régionaux et internationaux. Toutefois, Paul Bérenger a affirmé ne pas être d’accord avec l’ajournement du Parlement jusqu’au 7 octobre. « Le parlement aurait bien pu continuer à siéger entre-temps ».
Paul Bérenger a estimé que le dernier rapport du FMI est un wake up call. Il observe que le rapport en question passe en revue la situation économique et fait des recommandations. Il a rappelé que le budget présenté par Pravind Jugnauth prévoyait une croissance de 6 % du Produit national brut. Par la suite, Xavier-Luc Duval prévoyait la transformation de Maurice en un high income country d’ici 2020 avec une croissance de 5,8 % par an. En vérité, a-t-il observé, la moyenne de croissance durant les 10 dernières années a été de 4,8 % à 5 %. Contrairement a ce qu’avait prévu Pravind Jugnauth, il y a eu un ralentissement depuis 2012 qui a connu une croissance de 3,2 %. On s’attend à une croissance maximale de 3,3 % pour les années à venir.