Le leader du MMM avertit ceux qui ne donneraient pas leur appui au projet de réforme électorale que le pays serait alors contraint à organiser un nouveau recensement de la population sur la base d’appartenance communautaire, selon le Ruling du Comité des Droits de l’Homme des Nations unies. En insistant samedi dernier, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, sur le devoir de tout un chacun de faire aboutir ce projet, Paul Bérenger a déclaré que le Remake « est prêt à toute discussion » sur trois points du Consultation Paper présenté par le Premier ministre au cas où il n’y aurait pas de consensus.
Paul Bérenger affirme que le MSM et son parti sont désormais sur la même longueur d’onde quant à la réforme électorale et que le Remake est prêt à soumettre ses propositions au PMO sur le Consultation Paper dans les délais, soit avant le 5 mai. « Nous sommes à deux pas du but et nous n’avons pas le droit de laisser passer cette occasion pour faire une bonne réforme électorale. S’il n’y a pas de volte-face de Navin Ramgoolam nous atteindrons notre but », a dit le leader du MMM. Mais il a reconnu qu’il y a trois points spécifiques où les propositions du Remake diffèrent de celles du gouvernement  : 1) Alors le Consultation Paper fait mention d’un nombre de 16 députés à être désignés à la proportionnelle à partir des party lists, le Remake en propose 20 ; 2) Navin Ramgoolam propose la formule « Wasted Votes » pour calculer le nombre de députés sur la liste proportionnelle auquel aura droit chaque formation, tandis que le Remake préfère la méthode proposée par la Commission Albie Sachs ; 3) dans le Consultation Paper il est fait mention de 10 % pour le seuil minimal de suffrages remportés pour avoir droit à des députés sur la liste proportionnelle tandis que le Remake propose 7, 5 %.
Tout en maintenant que les propositions du Remake pour un projet de réforme électorale sont « les meilleures », Paul Bérenger a indiqué que l’opposition est ouverte à davantage de discussions sur ces trois points en suspens, afin d’arriver à un consensus dans l’intérêt, dit-il, de la démocratie et pour l’avancement des femmes.
Outre ce projet de réforme électorale, le leader du MMM a également abordé samedi trois questions qu’il considère « urgentes » car celles-ci représenteraient une menace pour le pays pour les cinquante ans à venir. Paul Bérenger est revenu à la charge sur le projet CT Power, en ne manquant pas cette fois de faire le parallèle avec le Harbour Bridge qui a été abandonné alors que l’État, dit-il, a déjà déboursé une somme Rs 187 M. Il craint que les dépenses encourues déjà par le gouvernement pour CT Power ne se révèlent plus tard un gaspillage des fonds publics. Pour Paul Bérenger, lors de la question parlementaire sur ce projet mardi dernier, les désaccords étaient très visibles à ce sujet entre le vice-Premier ministre Rashid Beebeejaun et le ministre des Finances Xavier-Luc Duval. « Rashid Beebeejaun inn dir ki proze-la pe kout Rs 10 milliards e ki gouvernman pe al delavan. Duval a dit qu’il ne connaissait pas encore l’identité des vrais promoteurs et qu’il n’a aucune indication sur les banques qui financeraient ce projet. Nou finn trouv dezakor divan nou lizie. Beebeejaun inn depase, li pe amenn pei ver la katastrof e li enn danze piblik, li pou bizin rann kont », a dit le leader du MMM. Et de souligner le retard pour le lancement de l’appel d’offres pour l’achat de quatre nouveaux générateurs à l’huile lourde. Paul Bérenger souhaite que le gouvernement « tourne la page » sur le projet CT Power et lui suggère le lancement d’un nouvel appel d’offres international pour deux centrales de 50 Mégawatts dotées de technologies modernes.
Paul Bérenger a eu aussi un ton très sévère samedi dernier envers Rao Rama, le chef de projet de la nouvelle carte d’identité nationale. Le leader du MMM lui reproche son « excès de zèle » et sa manière de faire envers les personnes âgées particulièrement. « Li pe teroriz dimounn pou ki zot al tir zot kart. It’s the wrong man in the wrong place ». Le leader du MMM promet le remplacement de Rao Rama et de nouvelles discussions avec les Singapouriens sur ce projet de carte d’identité nationale biométrique.
Le troisième sujet d’urgence pour le MMM concerne le projet métro léger, au coût faramineux et dans lequel se lance le gouvernement alors que la population en ignore encore les détails. Paul Bérenger demande au gouvernement de communiquer les propositions des Singapouriens pour la réalisation d’un tel projet. « Sa osi pou amenn pei ver la katastrof ». Sur cette question également, le Remake promet d’engager des nouvelles discussions avec les Singapouriens « dans le respect mutuel », en raison de ces nombreuses « questions urgentes » et dans « l’intérêt du pays ». Paul Bérenger souhaite que les nouvelles élections générales aient lieu le plus tôt possible.