Le bureau politique du MMM a pris connaissance hier de la liste des 103 candidats en lice pour l’élection de 30 membres du comité central lors de l’assemblée des délégués prévue le 8 février prochain.
À l’exception de Jayen Cuttaree, tous les dirigeants du MMM sont candidats à leur réélection. La liste sera rendue publique à la suite de la réunion du comité central prévu demain. Elle sera alors mise à la disposition des 537 branches du MMM disséminées à travers le pays. Chaque branche sera appelée à choisir trente candidats dont les noms seront soumis par bulletins secrets par un délégué dûment autorisé lors de l’assemblée des délégués.
D’autre part, entre le 9 février et le 14 février, chacun des vingt comités régionaux au niveau des vingt circonscriptions sera appelé à soit confirmer soit choisir un nouveau représentant au niveau du comité central. L’aile féminine pourra choisir trois membres et l’aile jeunes, deux membres. Ce qui portera le nombre total de membres du comité central à 55. Le nouveau comité central se réunira le 14 février pour élire les vingt membres du Bureau politique. Aussitôt élus, ces 20 membres se retireront pour élire le leader, le leader adjoint, le secrétaire général ainsi que les autres dirigeants du parti. Cette liste sera soumise le même jour au comité central pour être validée, mettant ainsi fin au processus électoral en cours.
Outre le renouvellement de l’équipe dirigeante du MMM, le bureau politique de ce parti a passé en revue la situation politique du pays et du gouvernement. Les dirigeants ont noté que la séance parlementaire prévue le 27 janvier sera consacrée à la lecture du discours-programme par le président de la République, Kailash Purryag. Cette séance ne comprendra, par conséquent, pas de PNQ ou d’interpellations parlementaires. La séance suivante ne devrait pas avoir lieu avant la présentation du budget au début de mars. Il a aussi été question de l’élection des maires et de leurs adjoints au niveau des municipalités. Le leader du MMM Paul Bérenger a, dans cette optique, invité les membres du BP et les autres dirigeants de ce parti à se tenir prêts pour les élections municipales.
Invité à commenter l’annonce du Premier ministre à l’effet que des amendements sont prévus à la loi concernant les administrations régionales, Paul Bérenger a estimé que le PM ne devrait pas hésiter à remplacer la législation actuelle s’il le fallait. Il a rappelé que le gouvernement MSM-MMM avait présenté un très bon texte de loi en 2003 qui a été remplacé en 2006 par le gouvernement travailliste.