Rencontrant la presse hier au Voilà Hotel, Bagatelle, le porte-parole de la Commission économique du MMM, Reza Uteem, a affirmé que son parti « s’alarme de la situation économique préoccupante du pays » à deux mois de la présentation du prochain Budget. Il a imputé cette situation à une « gestion catastrophique » de l’économie nationale par le gouvernement de l’Alliance Lepep.
Entouré des autres membres de la Commission économique du MMM, Reza Uteem a d’abord affirmé que son parti s’alarme de l’état de l’économie de Maurice. « Le Premier ministre et ses conseillers envoient des signaux contradictoires : d’une part, ils affirment qu’ils veulent être des Game Changers, ce qui donne de l’espoir aux Mauriciens, et d’autre part, le PM rencontre les syndicats et leur dit qu’ils ne doivent pas attendre grand-chose du prochain Budget. ».
Le porte-parole du MMM pour les affaires économiques ajoute toutefois qu’avec la taxe imposée sur l’essence et le diesel, le gouvernement dispose d’une grande marge de manoeuvre de Rs 2 milliards. « Mais la gestion de l’économie par le gouvernement est un fiasco total et manque cruellement de cohérence », soutient-il.
Pour soutenir ses dires, Reza Uteem a puisé abondamment du discours du Budget 2015-2016, de la Vision 2030 de sir Anerood Jugnauth et des chiffres de Statistics Mauritius, tout en analysant la croissance économique, la dette publique, le chômage et la création d’emploi, l’investissement, le secteur manufacturier, les Petites et moyennes entreprises. Il a également commenté le projet de Heritage City qui avait fait l’objet mardi d’une PNQ à l’Assemblée Nationale.
Du Budget 2015-2016, l’intervenant a déploré que nombre de mesures budgétaires n’aient pas été mises en oeuvre.
« Concernant la croissance économique, le gouvernement a complètement raté sa cible », a-t-il soutenu, citant les prévisions du Budget 2015-2016 (5,33 % pour 2015-2016, et 5,7 % pour 2016-2017), la Vision 2030 (une moyenne de 5,5 % par an à partir de 2017) et Statistics Mauritius (3,1 % en 2015 et 3,9 % en 2016). « Le Fonds monétaire international (FMI) a prévu lui qu’une croissance de 3,8 % pour 2016 et 4 % à partir de 2019, loin derrière les prévisions de 5,5 % du gouvernement », a-t-il ironisé.
De la dette publique, Reza Uteem a affirmé que le Budget 2015-2016 indique qu’elle s’élevait à 58,6 % du Produit Intérieur Brut (PIB), alors que le FMI indiquait 63,7 % en 2015, et 61 % pour 2016. « La raison de cette catastrophe, selon le FMI ? Capital injections in the failing banks (0, 4 % of GDP in total) and a line of credit refund policyholders of single premium products issued by BAI (0, 9 % of GDP) and the impact of the depreciating rupee on external debt… Putting good money after bad money », a-t-il commenté.
« En matière de création d’emploi le gouvernement a fait pire. Alors que le Budget 2015-2016 prévoyait la création de « milliers d’emplois », la Vision 2030 ambitionnait la création de 100 000 nouveaux emplois directs et indirects, dont 16 000 rien que durant l’année financière 2015-2016. Mais Statistics Mauritius en a annoncé seulement 7 400 en 2015, alors que le taux de chômage augmenté de 7,8 % en 2014 pour atteindre 7,9 % en 2015 », a déploré le porte-parole du MMM.
De même, en matière d’investissement, a commenté Reza Uteem, Statistics Mauritius a révélé que les investissements dans le secteur privé se sont contractés de 7,3 % et n’ont augmenté que de 0,9 % dans le secteur public. Dans ce secteur manufacturier, 2015 a connu une croissance de 0,2 % seulement alors celle de 2016 est estimée à 1,7 %.
C’est en analysant le secteur des PME que le porte-parole du MMM en matière d’économie s’est montré le plus virulent : « Le MMM croit dans l’entrepreneuriat », a-t-il martelé. « Alors que le Budget 2015-2016 avait annoncé une SME Bank avec une somme de Rs 10 milliards pour les 5 prochaines années, dont Rs 2 milliards rien que pour la première année, une PQ a révélé qu’il n’y a eu que 20 applications pour les SME Development Scheme Certificates et seulement Rs 74 millions comme promesse de financement », s’est-il indigné. Il a vivement critiqué le haut niveau d’éligibilité et l’exigence de présenter des garanties. « Et il n’y a jusqu’ici aucune mesure d’accompagnement et de mentoring », a-t-il fustigé.
Concernant le projet Heritage City, Reza Uteem, a dressé une analogie entre l’opacité de ce projet et celle du projet Betamax du précédent gouvernement de Navin Ramgoolam. « Zot pe faire mem zafer ki zot finn repross lansien gouvernma. Et qu’avons-nous en retour ? » s’est-il demandé.
« La situation catastrophique dans laquelle se trouve notre économique est le seul fait de ce gouvernement », a-t-il conclu.