Le bureau politique (BP) du MMM a analysé pendant près de deux heures les résultats des élections municipales qui ont vu l’Alliance Lepep rafler les 120 sièges à pourvoir dans les cinq municipalités. Les dirigeants mauves, après une longue discussion, ont opté pour la temporisation. « Il ne faut pas exagérer la portée des élections municipales qui ont été marquées par l’abstention des deux tiers de l’électorat urbain », a fait comprendre un dirigeant. « Ce n’est pas la première fois que de tels résultats sont obtenus surtout lorsque les élections municipales sont organisées après les élections générales. Cela a été le cas, entre autres, en 2005 ». Le BP considère qu’il y a des leçons à tirer des résultats des élections municipales.
 « Seuls contre tous, y compris contre l’équipe d’Alan Ganoo, nous avons obtenu une moyenne de plus de 40 %. Ce qui est très encourageant. Le maire sortant de Rose-Hill a été battu par quelques voix et a recueilli plus de 45 % des votes. Ce résultat a été obtenu malgré les élections générales, les problèmes que nous avons connus, la campagne gouvernementale, l’argent et la MBC », avance le dirigeant mauve. À la lumière de cette analyse, la proposition de Paul Bérenger et de Rajesh Bhagwan de prendre du recul par rapport à la direction du MMM afin de la laisser entre les mains d’une direction collégiale a été rejetée à l’unanimité. « Il n’est pas question de faire le jeu d’Ivan Collendavelloo, d’Alan Ganoo et des autres. Nous avons l’intention de foncer vers l’avenir ». Le leader du MMM, Paul Bérenger et les autres dirigeants du parti rencontrent la presse cet après-midi.
À noter que selon les statistiques disponibles à la Commission électorale, l’Alliance Lepep a obtenu 54,21 % des voix contre 31,7 % au MMM. Le MSM, le PMSD et le ML se sont enregistrés séparément et ont présenté des listes séparées de conseillers supplémentaires. Pris séparément le MSM a obtenu 27,37 % des suffrages, le PMSD 15,8 % et le ML 11,03 %.