« Nou pe gagn misyon pou al netway lekiri d’Augias », a déclaré Rajesh Bhagwan, lors d’un point de presse ce matin à l’hôtel Le Labourdonnais en compagnie de Nando Bodha et de Steve Obeegadoo, également membres du Campaign Committee du Remake 2000. Tous ont soutenu que le plus grand atout de leur alliance est l’intelligence des citadins. Steve Obeegadoo a qualifié d’« insultante » l’absence de débats chez l’alliance adverse sur des projets concrets pour les villes. « Ki lopinion ou ena lor lintelizans sitadin si ou pa propoz enn program ? » a-t-il lancé.
« C’est la première fois qu’un gouvernement qui a autant de moyens pour rédiger un programme ne publie pas un seul document, pas une seule page », a déclaré Steve Obeegadoo. Il s’est targué que l’alliance MMM/MSM ait, depuis le 24 novembre, présenté les programmes de chaque ville avec « des projets concrets ». Depuis le 18 novembre, dit-il, le Remake 2000 a présenté ses candidats. « Où sont les candidats du Ptr/PMSD ? Nous les attendons sur la radio. Ils ont refusé de faire des face-à-face entre candidats des deux alliances à la radio ».
Pour Rajesh Bhagwan, « le plus grand témoin du succès de notre campagne est le public et la presse à l’exception de la MBC ». Pour lui, à en juger par les meetings, « il est clair que les Mauriciens ont déjà pris leur décision ». « Nous sommes satisfaits d’aller vers une grande victoire ». Il devait citer une anecdote au sujet de deux ministres qui « finn al fer pikir tetanos dan dispanser paski lisyen fin galoup deryer zot ». Et de poursuivre sur le même ton : « C’est la saison des letchis mais en ce moment il y a plus de ministres que de chauve-souris » pour dire que c’est surtout pendant les campagnes que ces derniers descendent sur le terrain.
Pour Rajesh Bhagwan, « pendant sept ans, Ramgoolam finn fer dominer ek la populasion. Li pa konn Cité-Attlee, Mont-Roches. La dernière fois qu’il y a été, il a dû faire marche arrière et les habitants étaient très en colère ». Il a d’autre part déploré « l’utilisation à outrance de la MBC/TV par le Premier ministre ». Et de citer l’épisode d’hier à Eau-Coulée où « il a insulté l’équipe de la MBC pour n’avoir pas couvert le porte-à-porte à Cité-Attlee ». Rajesh Bhagwan s’est demandé s’il existe un règlement qui permet au PM d’utiliser la chaîne de télé nationale lorsqu’il fait du porte-à-porte. « Nous demanderons au directeur de la MBC, Dan Callikan, de se prononcer sur cette question ». Rajesh Bhagwan a par ailleurs dénoncé le fait qu’à la MBC, l’on montre surtout les drapeaux rouges et bleus. « L’on fait croire que le Ptr/PMSD a remporté les villageoises alors qu’à Mahébourg, Flacq, Rivière-du-Rempart, Chemin-Grenier, Camp-Diable, Bois-Chéri, Gros-Cailloux, Albion, Petite-Rivière, Petit-Raffray, ils ont été battus ».
Il devait en outre rappeler que trente ans de cela, « le MMM avait remporté les municipales après que SSR eut renvoyé les élections. L’histoire se répète. Nous nous préparons pour l’après-scrutin ».
Pour sa part, Nando Bodha a estimé que les élections villageoises, dimanche, ont été le reflet de la vague de changement dans le pays. « Cette vague de changement s’intensifiera dans les villes ». Et d’ajouter : « La MBC essaie de manipuler les images comme le 1er mai. » Il a dénoncé ce qu’il appelle le « matrakaz avek bayonnman de radio prive ». Selon lui, cette campagne montre que le Remake 2000 « est une véritable force politique ».
Steve Obeegadoo a d’autre part critiqué « les menaces pour que les conseillers municipaux marchent avec le gouvernement », et relevé que l’ensemble des maires sortants n’ont pas reçu de nouvelle investiture. « Ramgoolam a donné une claque magistrale à l’idée de continuité ». Pour lui, le slogan du Ptr/PMSD, ville nouvelle vision nouvelle, est « un slogan de vacuité. Il faut croire que ces sept ans ont été un échec pour faire un slogan sur l’idée de nouveauté ».
Le MMSD d’Éric Guimbeau, ajoute-t-il, « sera coupable devant l’Histoire car il divise les votes de l’Opposition. Le seul espoir de Ramgoolam, c’est Éric Guimbeau ».