Faisant un bilan des réalisations et progrès économique des années 80 alors qu’il était à la tête du gouvernement, sir Anerood Jugnauth estime que depuis que le parti travailliste est au pouvoir, le pays « est en train de reculer ». « Nou konstwrir, travayis so kiltir se detrwir, so sel devlopman ki li fer se aranz sime ». S’adressant aux habitants de Glen-Park hier soir, lors d’un congrès qui a clôturé la campagne pour la région de Vacoas-Phoenix, il est par ailleurs revenu sur les affaires MedPoint et Gros Dereck.
Le Remake 2000 a fait hier sa dernière tournée électorale dans la région de Vacoas/Phoenix. Pour son dernier message avant la tenue des élections ce dimanche, Sir Anerood Jugnauth a choisi de mettre l’accent sur la situation du pays alors qu’il était Premier ministre dans les années 80. « Azordi nou finn ariv dan enn sitiasyon kot olye pei pe ale devan li pe rekile », dit-il. Le leader du Remake 2000 a raconté comment il n’était pas d’accord avec la politique de Sir Seewoosagur Ramgoolam alors qu’il était ministre à ses côtés en 1965. « Nou ti pe gayn bokou diskisyon ek mo pa ti dakor avek fason li pe diriz pei ». Qualifiant cette période d’époque de misère pour les Mauriciens, il n’a pas manqué de rappeler comment lorsqu’il a pris les rênes dans les années 80, Maurice a connu le miracle économique. « Eleksyon 82 inn vinn kouma enn siklonn, dimoun ti dan la mizer, ti ena somaz, andetman. Kan Anglais ti kit pei, sitiasyon ti bizin retourne korek me nou finn rekile ».
Sir Anerood Jugnauth estime que la situation du pays aujourd’hui reflète la misère qu’avait connu Maurice après l’indépendance. « Pei pe ale ver la fayit, nou nou konstwrir, travayis so kiltir se detrwir, so sel devlopman ki li fer se aranz sime ». Pour ce qui est des développements d’infrastructures, SAJ n’a pas manqué de tirer à boulets rouges sur Anil Bachoo, qu’il appelle « Anil Colas », car « la majorité des contrats du gouvernement sont alloués à la firme Colas ». Sir Anerood Jugnauth a soutenu que les Mauriciens sont en train de payer pour les dépenses exagérées du gouvernement. « Si ou lavi inn vinn ser azordi se paski ou pe bizin ranbours det gouvernman. Ala ki manier Navin Ramgoolam li met people first. Ou bizin ouver ou lizie gete ki pe arive ».
Sir Anerood Jugnauth a qualifié le gouvernement d’illégitime, car dit-il, « lepep ti vot lalyans ». Revenant sur l’affaire MedPoint, il a une fois de plus qualifié le gouvernement de malhonnête. « Zot ki pli gran coupable, zot ti rod fer MSM parti prenant dan zot bann malpropte. Me la verite pou eklate ». De même, dit-il, pour l’affaire Gros Dereck, « Navin Ramgoolam veut faire porter le chapeau à d’autres personnes ». Et d’ajouter : « Zordi mo trouve Navin so papa ti ena raison kan li ti dir na pas les Navin fer politik, li pou detrwir partou ». Le leader du Remake a ainsi demandé aux électeurs de venir voter en nombre ce dimanche. « Dan vilaz vag inn fini leve, nou enn sel lekip, nou bizin triomphe, sa se enn premye etap, apre dezyem etap nou pou akonplir nou misyon pou sov pei », a conclu SAJ.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
MMM: Paul Bérenger , « Nou finn vinn avek enn program dezinfekte minisipalite »
C’est dans une ambiance de liesse, aux sons de pétarades, que Paul Bérenger, leader de l’opposition, a prononcé son discours lors du congrès du MMM hier à Cité-Vallijee. Le leader des mauves a affirmé à l’assistance qu’il était temps de reprendre les municipalités en main. « Nettoyer, désinfecter, remet en marche. Nou finn vinn avek enn program dezinfekte minisipalite ».
Intervenant en premier avant de se rendre à Roche-Bois et à Tranquebar pour d’autres congrès, Paul Bérenger a dit qu’il était « inacceptable d’empêcher la population koz lor radio. » Il a argué que pendant sept années, les municipalités sont restées dans un état lamentable. « Navin kapav bluffé, linn gagn choc dans village, majorité li na pas fine gagné dans Triolet. Choc li pou gagné kan nou pou nettoye nou minisipalite, redresse nou la ville. » Il a souligné également que lors de chaque récente PNQ, il n’a eu de cesse de relever des scandales dont les affaires Timol et Gros Derek. Pour lui, le pays est en plein chaos. « Pas bliye en 2005, jour élections municipales, prix l’essence fine monté. » Il a aussi qualifié le budget de désastreux. « C’est ène gouvernement incompétent. » Il a demandé aux militants coaltar de redonner au MMM/MSM l’occasion de remettre l’économie en marche. « Entre 2000 et 2005, bann policiers ti fiers zot uniformes, aster zot per fer zot travay. Nou bizin donne ça gouvernement là 100 fois plis choc, zot bizin gagn correction dans élection dimanche. Nou tout bizin fer nou devoir vis à vis nou la ville, nou pays. »
Pour sa part, la députée Arianne Navarre-Marie a demandé à chaque partisan présent de faire son devoir de citoyen en allant voter dimanche. « Eleksion le 9 décembre, li important voté, li bizin ène élection correction. Pendant sept ans que le Ptr/PMSD a dirigé nos municipalités, le bilan est catastrophique. Il n’y a plus de loisirs, vous êtes obligés d’enfermer vos enfants. Pena okenn politik de loisirs pou zanfan. La nation bizin sanctionne Navin, dire li arrêté are politik dominer. Li ti dire li pou change nou la vie en 100 jours, linn ousi bien change nou la ville en 100 jours. Aujourd’hui, on ne peut plus emmener nos enfants au supermarché, tellement les prix ont pris l’ascenseur. »
Les trois candidats du Ward 3 ont aussi pris la parole. Trois jeunes qui ont succédé à leur père. Pour Shakeel Uteene, l’heure est au changement : « Faites-nous confiance, même si on est encore jeunes, on va mener le combat avec toute la population. Nou pas fer politik petit copain, nou fine présente devant où pour travay pour le bien-être des Mauriciens. Nou bann soldats lalit, nou pas courbe latet devant l’argent, ou ène plat briani. » Pour sa part, Rajeshri Moher, l’élément féminin du trio MMM/MSM, a dit sa fierté de se présenter pour cette alliance. « Mo finn suivre mo papa, mo enn militante. Mo papa ti perdi travay sous régime travailliste dans le port. Nou bizin pas fer sa l’erreur pas al voté dimanche. Nou bizin al vote en grand nombre, donne enn bon correction. Nou pas bizin zoli madame pou pose candidats, nou bizin madames ki travay pou zot pays. Paul Bérenger, nou leader finn fer confiance bann madames. » C’est sous un tonnerre d’applaudissements que Gino Cotry a été salué par les militants. Il a également demandé à tous ceux présents de faire leur devoir de citoyen en allant voter dimanche. « Nou tout voté en bloc pou ène grand changement. »