« Venez avec du concret. Trouvez un moyen de sortir notre pays de la crise. » Le leader du Mouvement Mauricien Social Démocrate (MMSD) a de nouveau exprimé son désaccord avec le Best Loser System (BLS) lors d’une conférence de presse tenue vendredi. Eric Guimbeau a également annoncé une nouvelle fois que le MMSD alignera quinze candidats aux élections municipales de Curepipe et a précisé que ces candidats seront des habitants de Curepipe « qui sont au courant de la situation de leur ville et de ses problèmes ».
Eric Guimbeau est, en premier lieu, revenu sur le sujet brûlant qui occupe l’actualité politique, soit la remise en question du recensement de 1972 par le Comité des Nations unies sur les Droits de l’Homme, et celle du Best Loser System. Il s’est catégoriquement prononcé contre le recensement, auquel il ne croit pas. « Ce qui est important, c’est de savoir le nombre de chômeurs et de personnes vivant dans la pauvreté, qui continue de s’élever. C’est dans ce sens qu’il faut faire un recensement. Pas pour compter le nombre de représentants de chaque communauté. »
Le leader du MMSD s’est également dit contre le Best Loser System. « Ce n’est pas le fait d’ajouter 20 députés qui va résoudre le problème de la crise. » Il a souligné le fait qu’à Maurice, 70 députés sont élus pour environ 1,3 million d’habitants, ce qui donne une proportion d’un député pour 18 500 habitants. Alors qu’en Inde, qui est présentée comme étant la plus grande démocratie au monde, il y a un député pour 2,2 millions d’habitants. « Il ne faut pas exagérer : 62 députés sont amplement suffisants pour représenter la nation mauricienne au Parlement », soutient-il. Pour lui, ce qui manque, « ce sont les compétences, pas le nombre de députés ou le placement des petits-copains ».
« Nou, nou ena enn porte de sortie pou aret patoz dan la sitiasyon kominal », a-t-il également avancé en ce qui concerne les projets du MMSD pour le pays. Eric Guimbeau souhaite ainsi mettre sur pied une deuxième chambre ou un sénat qui sera, dit-il, « la porte de sortie du gouffre communal ».
Abordant ensuite le sujet de la réforme électorale et des nombreuses discussions en cours entre les divers partis politiques, le leader du MMSD a déclaré : « Ce qui me chiffonne, c’est qu’on n’entend rien sur le financement des partis politiques. » Une situation jugée « inacceptable » par Eric Guimbeau. Une autre des recommandations du MMSD : revoir le taux de qualification à la proportionelle, qui doit être réduit à 5% au lieu des 7,5% actuels proposés, afin de « démocratiser l’accès au Parlement et donner la chance au nouveaux partis de progresser ».
Le leader du MMSD a par la suite commenté le problème de la drogue à Maurice. « Le besoin de réagir face à ce fléau se fait plus que jamais sentir », a-t-il soutenu. Le MMSD a ainsi renouvelé son appel au Premier ministre d’instituer une commission d’enquête .Eric Guimbeau a par ailleurs évoqué le rapport du Pay Research Bureau (PRB) qui sera bientôt publié. Il estime ainsi que « cinq à six milliards de roupies sont gaspillées par an » et demande aux autorités concernées de « fer enn zefor pou aret fer gaspiyaz ».
Le reste de la conférence de presse du MMSD a ensuite été consacré à la ville de Curepipe et aux élections municipales. Le 7 octobre prochain, le MMSD organisera une expo-vente de 9h30 à 15h à l’hôtel de ville de Curepipe. Radhika Jagatsingh explique que l’objectif de cette activité est de mettre en avant les talents de la ville. Quelque 130 exposants sont déjà inscrits et le même jour, une collecte de sang sera organisée.