« Soit on n’est Mauricien, soit on ne l’est pas », a déclaré Éric Guimbeau hier au Parlement. Bien que pour le leader du Mouvement Mauricien Social Démocrate (MMSD), l’amendement constitutionnel est un pas dans la bonne direction, il aurait préféré que le projet de loi aboutisse également à l’abolition du Best Loser System (BLS) et soit une vraie réforme. Pour le leader du MMSD, qui a prôné les valeurs du mauricianisme dans son allocution, les défis restent la représentativité des femmes au Parlement, le financement des partis politiques ou encore le redécoupage électoral.
Éric Guimbeau a également souligné que tous devraient se sentir Mauriciens avant tout. Ne pas décliner son appartenance ethnique lors des élections générales, dit-il, ne veut nullement dire que l’on nie ses traditions ancestrales ou ses origines.
Le leader du MMSD a ajouté être en faveur de la création d’un sénat et la mise en place d’un conseil institutionnel et déclaré souhaiter la tenue d’un référendum sur la question de la réforme pour « un plus grand consensus ».