Mauriciens, nous le sommes tous depuis le jour de notre naissance. Dans le cadre des célébrations des 50 ans d’indépendance du pays aujourd’hui, Scope vous invite à lire quelques messages et réflexions de compatriotes exprimant la raison de leur fierté d’être Mauriciens.

Bipasha Kowlessur (Strategic marketerBranding & Events expert)

Une chance d’être née ici

“Personne ne choisit son pays de naissance; c’est souvent un concours de circonstances. L’île Maurice se mérite : c’est une chance d’être née dans un pays multiculturel, pluriethnique, un carrefour du monde, connu et reconnu pour sa capacité à surmonter les épreuves. Cette force fait partie de mon ADN et fait de moi une Mauricienne fière de l’être. Je pense à nos ancêtres qui nous ont insufflé la culture du travail, le respect et le sens des responsabilités.

Je porte haut les couleurs de ce pays qui m’a vu naître, que j’ai sillonné, et qui est si beau par la diversité de ses paysages, sa culture, sa gastronomie. Il n’y a qu’à Maurice que l’on trouve des quartiers avec une pagode, une église, une mosquée et un mandir côte à côte. En étant Mauricienne, je suis finalement une citoyenne du monde. Ma fierté, notre fierté, c’est l’addition de toutes ces mentalités et coutumes qui font que notre pays est réputé pour sa bonne humeur, ses artistes et ses sportifs.

Nous vivons dans une démocratie où les droits de l’homme sont respectés. Notre patrimoine naturel est très riche, nos spécialités culinaires sont mondialement reconnues. Notre folklore est incomparable et nous faisons preuve d’un sens de l’autocritique assez rare.

À l’approche de nos 50 ans d’indépendance, alors que le débat sur l’identité mauricienne est toujours d’actualité, il nous appartient à tous de bousculer les institutions et les mentalités encore conservatrices. C’est notre devoir, et c’est ainsi qu’on veillera à ce que Maurice devienne une référence en matière de méritocratie et de bien vivre. L’île Maurice, c’est l’île paradis !”

Thierry Tuher (Financial Manager, 41 ans)

Notre hospitalité, légendaire et sans égale

“Je suis fier d’être Mauricien, parce qu’au-delà des discours politiques, des lobbies des associations socioculturelles, le mauricianisme est présent, vivant, discret, dans la vie de tous les jours. Il n’y a qu’à voir les élans solidaires des frères mauriciens, en cas d’intempéries, de maladies, de besoins urgents. Le Mauricien est prêt à aider, prêt à soutenir son prochain, peu importe sa couleur, sa race, sa religion, son appartenance communautaire, sa caste. Il n’y a qu’à voir comment les Mauriciens se côtoient dans la vie de tous les jours, et comment ils savent faire abstraction de leurs divisions pour mieux s’unir, pour travailler ensemble, pour vivre ensemble. Il n’y a qu’à voir la qualité de l’accueil et la chaleur de l’hospitalité du Mauricien, qui rendent si heureux les touristes que nous accueillons. Notre hospitalité est légendaire et sans égale.

Oui, je suis fier d’être Mauricien pour tout cela, mais aussi pour les nombreux signes d’espérance dans un avenir meilleur.”

Shareemah Boolakee Caramtali (Directrice de compagnie, 35 ans)

Véritable exemple d’unité dans la diversité

“J’aime mon pays. Chaque 12 mars, c’est avec une grande émotion que je regarde flotter notre quadricolore. Notre indépendance me rappelle que la liberté, que nous respirons aujourd’hui, nous a été offerte par nos combattants de la liberté, donnant leur sang, leur sueur et les fruits de leur travail. En 1968, Maurice a entamé un tournant important; aujourd’hui encore, nous pouvons faire du 12 mars un jour spécial pour nous ouvrir sur le monde entier et montrer que nous pouvons encore mieux faire pour le peuple et son avenir social, culturel, politique et spirituel.

Il y a plus d’un millier de raisons pour lesquelles j’aime Maurice. Ce qui me touche au plus profond du cœur, c’est la quantité de choses qu’elle offre. Traditions, coutumes, histoires et richesses culturelles, diverses religions, langues, nourritures, musiques. Tout cela est un véritable exemple d’unité dans la diversité.

En tant que Mauriciens, nous devons être fiers d’être un peuple intelligent, d’être de sérieux travailleurs dont les compétences font que nous sommes un pays en plein développement.

Bonne fête à tous les Mauriciens et félicitations à notre chère île Maurice pour ses 50 ans.”

Arvind Mattadeen (Producteur, vidéographe et réalisateur, 34 ans)

Together hands in hands

“I’ve been travelling the world for work for the past five years and I’ve seen, experienced many things and met many people from Africa, Middle East, Europe and all the way to USA. But I haven’t seen that much togetherness and peace among people. The more I travel the quicker I want to get back to my peaceful Mauritius. I’ve seen so many good in our people. Whatever the religion and whatever the festival, we all get together hands in hands. I’m just proud of my colours: red, blue, yellow and green. I’m proud to be Mauritian.”

Anne-Lise Lafrance (Enseignante, 37 ans)

Nou diferans, nou lafors

“Mo fier nou diferans. Nou aprann ek lezot. Nou manz nou briyani, nou ti-pouri, nou gato lasir ou bien nou gato Mari. Se sa nou lafors. Ninport kot nou ete, ninport kot nou ale, enn Morisien res enn Morisien, ek nou fier nou ti pei.”

 

 

 

Eric Lee (Photographe, 24 ans)

Une inspiration inépuisable

“Une des grandes richesses de Maurice que j’apprécie avant tout est sa diversité culturelle. On y croise des personnes venant de tous les horizons, de tous les continents et de toutes les religions. Du point de vue de ma passion pour la photographie, cette diversité représente un réel atout et une inspiration inépuisable. Et j’ai l’immense chance de capter les différentes émotions se dégageant de chaque personne, et surtout, de leurs cultures et histoires personnelles.

Au-delà des personnes, ce mélange de cultures offre la possibilité de se trouver au cœur d’événements et de célébrations hauts en couleur, dans des tenues traditionnelles, s’inscrivant notamment dans les différentes religions pratiquées ici. Maurice, c’est aussi des paysages variés, avec ses plages et sa végétation luxuriante, ses rues animées et le street art qui se développe de plus en plus, notamment à Port-Louis, pour ma plus grande joie. Tous ces cadres de shooting photos sont des sources d’inspiration indéniables, que l’on ne retrouve pas ailleurs.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, je suis conscient de la chance que j’ai de vivre à Maurice. Je suis fier d’être Mauricien.”

Reena Kissoon-Leste (Conceptualizer, 39 ans)

Un partage culturel en toute liberté

“Être Mauricien, cela ne veut pas dire renier ses origines, sa religion, sa croyance ou sa spiritualité. Pour moi, la fierté d’être Mauricien, c’est de pouvoir partager et pratiquer son héritage culturel en toute liberté, tout en respectant les autres. Personnellement, j’ai eu l’occasion de voir à quoi ressemble le vrai mauricianisme. C’était lors d’un séjour dans un milieu hospitalier. Des inconnus se montrent solidaires et vous apportent leur soutien dans un moment de désespoir. Peu importe la religion, la couleur de peau. Ils vous prêtent une épaule pour pleurer et prient pour vous dans leur mosquée, pagode, église, kovil ou temple. La vraie beauté mauricienne, ce n’est pas de faire semblant que nous sommes tous pareils. La vraie beauté et la fierté d’être Mauricienne, c’est de se montrer solidaires malgré nos différences.

Nous fêtons nos 50 ans d’indépendance et il est important de prendre conscience que nous avons de la chance de nous trouver ici, où règne la paix. J’ai de quoi être fière quand je vois grandir ma fille aux côtés d’un père créole et d’une mère hindoue, d’avoir comme marraine une Sino-Mauricienne, et appeler affectueusement son oncle kalou.”

Rolando Isabel (Trainee Manager, 30 ans)

Une belle leçon de métissage

“Le philosophe et politicien Antonio Gramsci a dit que celui qui ne sait pas d’où il vient ne peut savoir où il va. Être mauricien, c’est connaître et comprendre l’unicité et la diversité de cette petite île au milieu de l’océan. Je suis et je serai à jamais l’enfant d’une île où se mêlent les couleurs, les saveurs et les langues. Malgré son isolation au milieu de l’océan, Maurice a su s’enrichir d’une culture tantôt française, tantôt anglaise. Et elle continue d’avancer, forte de cette richesse et de cette identité unique.

Aujourd’hui encore, à quelques jours de célébrer nos 50 ans d’indépendance, cela intrigue les étrangers de nous voir nous mêler de façon naturelle, presque instinctive même. Nous avons su en tirer le meilleur, encore mieux nous métisser pour donner naissance à notre langue créole.

L’autre grand héritage que nous avons, c’est la diversité d’une terre où se mélangent toutes les origines. Nous sommes un pays arc-en-ciel, un pays de saveurs, un pays de miracle économique. Femmes et hommes, enfants du pays, nous devons être fiers d’avoir su placer en haut de la liste le nom de l’île Maurice. Nous devons sans cesse le rappeler à nos enfants, aux femmes et hommes de demain. Et qu’ils puissent dire et comprendre le vrai sens de Mo fier mo Morisien.”