Le nouveau plan de numérotation à huit chiffres, qui entrera en vigueur le 1er septembre à minuit, a une durée prévue de 25 ans, soit une capacité théorique de 10 millions de numéros pour les réseaux mobiles. Ce qui représente pas moins de huit fois plus que la capacité de l’actuelle formule à sept chiffres, laquelle arrive à saturation.
Afin d’anticiper les besoins futurs en technologies et le nombre grandissant d’abonnés à la téléphonie mobile, l’ICTA et les trois opérateurs (Orange, Emtel et MTML) se préparent en effet depuis plusieurs mois à la prochaine entrée en vigueur du plan de numérotation à huit chiffres. Les données officielles fournies par Statistics Mauritius confirment le nombre croissant d’abonnés mobiles depuis plusieurs années. En 2012, le nombre d’utilisateurs de téléphones mobiles a ainsi augmenté de 14,8 %, passant de 1 294 100 en 2011 à 1 485 800 l’année dernière, ce qui représente une hausse de 12,4% pour le prepaid et de 43,4% pour le postpaid. La mobidensité (nombre de téléphones mobiles pour 100 habitants) a ainsi augmenté de 14,4%, passant de 100,4 à 114,9.
« En raison du nombre croissant d’abonnés mobiles, les blocs de numéros attribués à chaque opérateur deviennent rares. Afin d’offrir de meilleurs services et d’accueillir un plus grand nombre d’abonnés sur les réseaux mobiles, le besoin de passer de sept à huit chiffres s’est fait sentir », explique l’ICTA. Ainsi, le 1er septembre 2013, à minuit, il faudra ajouter le préfixe « 5 » avant chaque numéro opérant sur un réseau mobile. « Si ce chiffre n’est pas ajouté, l’appel n’aboutira tout simplement pas », explique l’ICTA. Pour les appels de l’étranger, des dispositions ont été prises par l’organisme et les opérateurs mobiles afin d’informer tous les partenaires internationaux à propos de la migration à huit chiffres. Les numéros d’appels et de services d’urgences, comme le 115, resteront pour leur part inchangés. De même, les abonnés n’auront pas à changer de carte SIM après le passage à huit chiffres. Rappelons que le changement de numérotation est totalement gratuit et que l’utilisateur de mobile n’aura pas non plus besoin de modifier les paramètres de son portable. Soulignons enfin que le passage au huit chiffres concerne uniquement les numéros de téléphone opérant sur un réseau mobile. Les numéros de téléphonie fixe, eux, resteront à sept chiffres.
Le régulateur poursuit actuellement sa campagne de communication, qu’elle a démarré en mai dernier, avec un compte à rebours de 100 jours jusqu’à la date du 1er septembre, date de l’entrée en vigueur du nouveau plan de numérotation. Objectifs : préparer les utilisateurs à cette migration et faire en sorte que le changement se fasse sans couacs. Cette migration offre par ailleurs d’autres avantages, comme la possibilité de conserver son numéro à vie, la portabilité des numéros mobiles ou encore l’intégration de nouveaux  services à valeur ajoutée.