Une cinquantaine de modèles pour raconter la mariée dans tous ses états. Mais le défilé du 19 janvier fera avant tout la rétrospective de la brillante carrière de Perry Ah Why, rêveur mauricien devenu un incontournable de la robe de mariée haut de gamme en France.
Le spectacle aura lieu au Saint Géran. Perry Ah Why a voulu un cadre et une ambiance grandioses pour marquer ce qui constituera une autre étape dans sa déjà riche carrière. Il était temps, se diront ceux qui, comme Scope, auront gardé un oeil sur l’exceptionnel parcours de ce créateur qui a eu pour principal atout de savoir rêver grand. La cinquantaine de modèles qu’il présentera sur le podium illustrera dans un foisonnement de matières chics, nobles ou anoblies le génie par lequel il a construit sa réputation dans le domaine de la mode parisienne. Là-bas, dans ce cadre sévère et sélect, sa marque a gagné en prestige. Cité dans les magazines spécialisés, il fait désormais partie des incontournables des défilés de robes de mariée. Le 19 janvier, ce sera son tout premier grand défilé à Maurice.
Le bon moment.
Cet événement, Perry Ah Why l’a longtemps espéré. C’est ce qu’il confiait d’ailleurs à Scope dans l’un des derniers textes que nous lui avions consacré, il y a quelques années. Il attendait le bon moment, disait-il. Ces anniversaires, qu’il a tenu à célébrer en 2013, ont finalement réuni autour d’eux les conditions recherchées. “Tout a commencé, il y a vingt ans. J’avais présenté, à Maurice, quatre modèles qui ont fait leur effet”, confie-t-il dans un entretien qu’il nous a accordé de Paris.
Avant qu’il n’atterrisse dans la capitale française, Perry Ah Why était souvent présent dans le circuit hôtelier. C’est là, il y a vingt ans, que le jeune designer avait attiré l’attention d’une créatrice de robes de mariée en vacances à Maurice. Cette dernière lui permettra plus tard de mettre le cap sur la capitale de la mode.
Dix ans.
En 2013, il célèbre également les dix ans de la marque Perry Ah Why. Les esquisses de ce projet avaient été dessinées à Pointe aux Sables quelques années plus tôt par un collégien qui voulait “faire autre chose”. Des fleurs en soie, par exemple. Des premières créations originales l’avaient amené vers la couture en autodidacte. “Je dis toujours qu’il suffit de prendre un grand tissu et de le coudre tout droit pour apprendre à maîtriser une machine à coudre. Si ça marche, on peut tout faire.”
Et pourquoi faire simple quand on peut prendre plus de plaisir en compliquant les choses ? D’où son choix pour les robes de mariée et les costumes de spectacles. Une fois la marque lancée à Paris, Perry Ah Why était devenu synonyme d’élégance et garantie de qualité.
Accessoires.
De la boutique-atelier de Montmartre, il a bougé dans le neuvième arrondissement à So-Pi (South of Pigale). Sur quatre-vingts mètres carrés et deux étages, le styliste accueille une clientèle internationale en quête de créations originales autour du mariage et des réceptions. Perry Ah Why, c’est aussi un peu de tout cela. “Les accessoires pour les mariées sont une des spécialités reconnues de Perry Ah Why. Reprenant fréquemment des motifs floraux, ils agrémentent les voiles, les colliers, les liens et les piques à cheveux, créés à la demande. Ils ont été utilisés dans les défilés de mode. Ils sont réalisés à partir de matières variées, telles la soie, l’organza, le sisal, les plumes et la fourrure…”, peut-on lire sur son site.
Le 19 janvier, au Saint Géran, “ce sera aussi l’occasion de montrer mon travail sous tous ses angles, les différentes matières utilisées, les techniques de coupe. En plus des robes de mariée, je présenterai également des tenues de soirée”, souligne-t-il.
Au niveau des robes de mariée, “les tendances restent plutôt chic/sobre. Les jeunes femmes ne veulent pas trop s’encombrer. Elles préfèrent la fluidité”.
Histoire d’une robe.
Depuis qu’il sublime les mariées, Perry Ah Why a accordé à chacune une attention particulière. “L’univers de la robe de mariée est une histoire très personnelle. C’est pourquoi je ne reste pas campé sur un seul style”, confie-t-il. Qu’elle soit décomplexée, glamour, fashion, sage, romantique, il s’adapte à chacune.
Cinq à six mois pour réaliser une robe : le processus s’effectue en différentes étapes durant lesquelles le dialogue entre le couturier et la clientèle est permanent. Au final, il mise davantage sur la poésie du raffinement à travers un esthétisme inaltérable, même si ses robes ne se portent souvent qu’une fois. En ce fameux jour, le plus important pour la mariée est qu’elle se sente à l’aise et suffisamment en confiance.
Quarante ans.
Cette année, Perry Ah Why célébrera aussi ses 40 ans. Son défilé à Maurice sera le cadeau qu’il va s’offrir. “L’idée de ce spectacle m’est venue alors que je discutais avec une personne qui a suivi mon travail durant toutes ces années. Tout s’est bousculé dans ma tête : les croquis, le lieu, le genre de défilé à monter. C’est vraiment une façon pour moi de me faire plaisir. Ce qui n’empêche pas l’énorme travail de préparation. Ce défilé restera pour moi un hommage à mes racines et à ma culture.”