Cela se passe sur les réseaux sociaux. Des individus en invitent d’autres pour des soirées fines réservées aux couples. Des posts qui en disent long sur les moeurs de certains adeptes d’échangisme.
“On veux organisé un orgie avez vous des idées comment et où peut-on le faire svp ?”, peut-on lire sur la page Facebook d’un couple (Ndlr : nous avons respecté la graphie utilisée). Les commentaires ne tardent pas à pleuvoir, dont des suggestions et des questions. Le lendemain, l’utilisateur Facebook poste un autre message, que nous retranscrivons textuellement : “Salut tou’le monde on organisera l’orgie le 30 ou le 31 de ce mois-ci A. et moi on a pensé a faire une fete et un bring & share (chaque couple amene enn manG ek boir si possible) arrivé sur le lieux toutes les portables vont devoir etre éteint. Elle se passera a… dans la soirée vers 19hr/20hr (reste a confirmé). Les couples qui sont intéréssé ou qui ont des suggestions envoyez nous un message privé pour nous confirmer votre présence. Et envoyez nous un photo de vous votre nom et âge. P.s on sera tous dans la même chambre/salle. Et les hommes seul abstenaient vous car vous n’aurez RIEN ek nous :). 😉 Les femmes bi vous etes les bienvenues”.
Ce genre de posts serait chose courante sur Facebook ces temps-ci. Il suffit d’être connecté à un de ces profils pour se rendre compte qu’il existe un véritable réseau de personnes désirant vivre des expériences coquines en compagnie d’autres couples. Si l’on se fie aux témoignages que nous avons recueillis, des soirées sont organisées de temps à autre. Elles sont parfois à thèmes, et les couples ont le loisir de choisir leurs partenaires.
Un habitué de ces soirées, la quarantaine, nous livre quelques détails. “Nous essayons d’organiser des soirées une fois le mois au minimum. Il y a des personnes de tous les milieux et de tous âges. Les invités reçoivent leurs invitations par les réseaux sociaux le plus souvent et ne connaîtront le lieu et l’heure qu’à la dernière minute. Ceci afin de ne pas avoir de mauvaise surprise. On a eu affaire à beaucoup de plaisantins ou de voyeurs. Quelquefois, on fait des soirées masquées ou d’autres à thème, à visage découvert, comme des soirées porte-jarretelles, et d’autres encore…”