Stupeur, consternation, colère avec une bonne dose de doute. Voilà à quoi se résume le drame collectif qui s’est joué dans la nuit de jeudi à vendredi au temple Chinamastha Maha Kali de Belle-Rive (Valetta). Le bilan de cette séance de médiation est très lourd, soit quatre victimes, dont les funérailles se sont déroulées hier à Union Park, Camp-Thorel, Belle-Rive et Curepipe, et six autres rescapés admis à l’hôpital de Flacq. Même si les autopsies pratiquées par les médecins-légistes de la police, comprenant le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kulmar Gungadin, les Drs Maxwell Monvoisin et Chamane, ont attribué les causes du décès à une intoxication au monoxyde de carbone, des incertitudes prévalent encore chez des proches sur ce qui aurait pu se passer réellement. D’autant que des versions contradictoires et des zones d’ombre surgissent quant à la chronologie des faits pour cette journée de vendredi. La question qui hante les esprits est pourquoi le chef spirituel du groupe, Gurudev Maunick, n’a-t-il pas donné l’alerte dès 10h30 vendredi quand il avait dressé un premier constat alarmant sur l’état de santé de ses condisciples ? Pourtant, les victimes ne seront transportées à l’hôpital de Flacq qu’à 17h30, soit sept heures après.