Le jeune étudiant de 14 ans, placé en détention policière depuis samedi, pour l’agression sexuelle de sa petite cousine de quatre ans à Soupir, Rodrigiues, vendredi, avant de la jeter littéraement dans une fosse d’aisance, a comparu devat le tribunal de Port-Mathuirin en début d’après-midi. Une double accusation de sodomie et de tentative de meurtre sur cette fillette. D’autre part, en moins de 24 heures fin de semaine dernière, Rodrigues a été le théâtre de trois cas de violences sexuelles sur mineures. Mais le cas le plus dramatique demeure cependant celui d’une fillette de quatre ans, habitant Soupir, sodomisée et abadanonnée à son propre sort dans une fosse sceptique par son cousin, étudiant en Form IV dans un collège de l’île.
Pour leur part, les parents de la petite fille sont encore sous le choc. Leur enfant, toujours en observation au Queen Elizabeth II Hospital de Crève-Coeur, a été placée sous perfusion. Le Government Medical Officer a par ailleurs confirmé qu’elle avait été victime d’abus sexuels.
L’affaire a en tout cas suscité un véritable émoi à Rodrigues, et plus particulièrement dans cette région de l’île, et ce en raison des conditions difficiles dans lesquelles vivent les occupants des maisonnettes du Trust Fund. Le drame prend d’autant d’ampleur que l’agresseur est un membre de la famille de la victime.
L’étudiant a été appréhendé samedi matin alors qu’il revenait d’une partie de pêche après avoir commis son forfait dans la journée de vendredi. Il a été longuement interrogé en présence de sa mère par des limiers de la CID de Rodrigues. Après sa comparution en Cour, il a été reconduit en cellule policière pour la suite de l’enquête. Une reconstitution de faits sous haute surveillance est également prévue.
Selon des témoignages des proches, l’alerte a été donnée par la mère de la victime à la mi-journée, alors que la petite fille avait disparu. Ce n’est qu’après un peu plus de deux heures de recherches que celle-ci a été retrouvée, alors qu’elle s’accrochait à une des barres de fer de la fosse d’aisance.
Faisant le récit de l’affaire, la grand-mère de la victime et de l’agresseur, Merline Baptiste, a déclaré à notre confrère Week-End : « So mama ine rantr dan sa latrine la ek line truv so tifi latet deor ek so lekor dan pit la. Li krye ayo Jesus mo tifi la fine mort dan prive. » Les enquêteurs de la CID de Port-Mathurin attendent l’avis des médecins de l’hôpital de Crève-Coeur pour décider de la marche à suivre quant à la consignation de la version des faits par la petite fille. Cet exercice pourrait se dérouler en présence d’officiers de la Child Development Unit et d’un spécialiste en psychologie.
Deux autres cas ont par ailleurs été signalés, toujours à Rodrigues. D’abord celui d’une adolescente de 14 ans. Cette habitante de Petit-Gabriel a en effet accusé un dénommé Collar d’attentat à la pudeur. Les faits auraient été commis au domicile de la victime alors que ses parents étaient absents. L’autre cas, lui, concerne une jeune fille de 16 ans, laquelle a avoué – en présence d’une de ses proches – avoir eu des relations sexuelles consenties en mars dernier avec un dénommé Richard Mannan, 22 ans, habitant Pistache. Le suspect, qui a déjà été appréhendé, se trouve actuellement en détention policière.