Le projet de Moka Smart City, dont le développement nécessitera des investissements de l’ordre de Rs 25 milliards pour les 15 prochaines années, a été lancé officiellement par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et le CEO d’ENL, Hector Espitalier-Noël. Pravind Jugnauth a souligné à cette occasion l’importance des investissements afin de stimuler l’industrialisation du pays. Il a rappelé que le gouvernement a approuvé quelque 123 projets pour une valeur totale de Rs 190 milliards pour les 5 à 10 prochaines années tout en invitant les promoteurs des  Smart Cities à s’assurer que ces projets soient inclusifs « afin de créer un développement à deux vitesses et réduire le fossé entre les riches et les pauvres ».
Les Smart Cities « doivent être synonymes de cités digitales ». C’est en tout cas ce qu’a estimé Pravind Jugnauth lors du lancement du projet de Moka Smart City. « Avec le lancement de la Moka Smart City, du projet métro express, du complexe multisport et d’autres projets d’infrastructures, le secteur de la construction connaîtra une relance », a-t-il encore observé. Après trois ans de croissance négative, cette industrie devrait donc, selon lui, être relancée et connaître une croissance de 7%, « ce qui aura un effet positif sur le PIB et la création d’emplois », a-t-il ajouté. Le Premier ministre a observé que la performance économique de Maurice, et ce dans tous les secteurs, « s’est améliorée cette année ». Rappelant que les investissements publics « ont des limites et des contraintes », il a affirmé que le gouvernement compte sur les investissements privés. « Nous avons besoin des investissements privés pour stimuler l’industrialisation », a-t-il dit avant de souhaiter qu’il ait « davantage d’investissements dans le secteur des services, où la valeur ajoutée est plus élevée que dans d’autres secteurs ».
Pravind Jugnauth a aussi saisi l’occasion pour annoncer la présentation prochaine au Parlement d’un Business Facilitation Bill, dont le but est d’améliorer « considérablement » la facilitation des affaires. Il a finalement souhaité que les projets lancés par les promoteurs, avec les facilités et les services du gouvernement, soient inclusifs, « de manière à combler le fossé entre les riches et les pauvres ». Le Premier ministre a aussi félicité ENL pour « le professionnalisme avec lequel le groupe a entrepris plusieurs projets » de développement.
Hector Espitalier-Noël a, pour sa part, affirmé l’attachement d’ENL à la région de Moka, où sa famille avait commencé à se lancer dans la plantation sucrière. Et d’expliquer ensuite « comment ENL est associée à la transformation » de Moka. Ainsi, avec la fermeture de Mon Desert Alma, cet établissement sucrier a été transformé en un « “business centre” moderne ». Hector Espitalier-Noël a également rappelé la contribution de sa compagnie dans plusieurs secteurs, dont l’éducation, citant à titre d’exemple le terrain où le Mahatma Gandhi Institute a été construit, et qui avait été offert au gouvernement par sa famille. À noter que le centre commercial de Bagatelle ainsi que la Bagatelle Motor City et le Kendra Shopping Centre sont également des projets initiés par ENL.
La Moka Smart City s’étendra sur une superficie de 450 arpents de Saint-Pierre à la Motor City, située le long de l’autoroute à côté de Bagatelle, et s’articulera autour de quatre piliers, à savoir l’utilisation optimale des ressources, l’implication active de la communauté locale dans le devenir de Moka, l’amélioration de la qualité de la vie et la création d’opportunités économiques pour tous. Quelque 50% de cette future « cité intelligente » seront de nature résidentielle, permettant ainsi d’accueillir une population de près de 5 000 personnes. Le reste sera consacré aux infrastructures de loisirs, aux structures éducatives et de santé, et sera utilisé pour accueillir des bureaux et les quartiers généraux des firmes locales et internationales.
Hector Espitalier-Noël estime que ce projet pourra générer quelque 3 500 emplois supplémentaires. Le CEO d’ENL est, dans le cadre de ce projet, soutenu par Johan Pilot et son équipe, qui seront responsables de réaliser la Smart City, alors que Samuel de Gersigny, general manager d’Espral, spécialisé dans l’aménagement du territoire, agira comme chef du projet. Parmi les personnalités présentes au Vivea Business Park hier se trouvait le ministre mentor, sir Anerood Jugnauth, Lady Jugnauth ainsi que plusieurs ministres, dont Leela Devi Dookun et Yogida Saminaden, qui sont également députés de la circonscription.