Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, est mort le 17 février 1673 à l’âge de 51 ans. Ce dramaturge, comédien et poète est considéré comme l’un des grands écrivains de culture française. Plus de trois cents ans après sa mort physique, l’esprit du dramaturge hante toujours la scène avec panache. Oyez, braves gens !
Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, a marqué l’histoire du théâtre et de la comédie française. Auteur le plus joué encore à l’heure d’aujourd’hui, cet homme de théâtre s’est distingué par des pièces qui mêlent le comique, le pathétique et la critique. Il faisait du rire une arme pour combattre les moeurs et les contraintes de son époque.
Fils d’un tapissier, Jean-Baptiste Poquelin renonce à reprendre l’affaire familiale qui le destinait à une vie bourgeoise et se tourne vers la scène. Il fonde en 1643 l’Illustre Théâtre et se fixe comme objectif de faire rire les honnêtes gens. Il rencontre cette année-là Madeleine Béjart, dont il tombe amoureux.
La troupe connaît des débuts difficiles. Elle parcourt la province de 1646 à 1658. Durant cette période, Jean-Baptiste Poquelin se met à écrire ses premières comédies (L’étourdi et Le dépit amoureux). En 1658, il joue le Docteur amoureux devant le roi Louis XIV et gagne sa protection.
Molière écrit les Précieuses ridicules en 1659. Cette satire burlesque est le premier de ses grands succès. Sa carrière d’auteur dramatique commence vraiment cette pièce. Soutenu par le roi Louis XIV, Molière affronte les cabales fomentées contre sa personne et continue à jouer et à diriger sa troupe, entre-temps devenue Troupe du Roy.