Le groupe CIEL s’attend à réaliser pour l’exercice financier 2014-2015 un chiffre d’affaires de plus de Rs 15 milliards et des profits après-impôt supérieurs à Rs 1 milliard. C’est ce qu’a annoncé le président du conseil d’administration du groupe, Arnaud Dalais, lors d’une rencontre avec les analystes financiers et la presse hier à l’hôtel Le Labourdonnais. Il a été surtout question de la « restructuration réussie » du groupe et de la consolidation de son portefeuille d’investissement qui s’élevait à Rs 11,7 milliards au 30 juin 2014, augmentant de Rs 2,3 milliards en l’espace de trois mois après la prise d’une participation majoritaire dans certaines sociétés dont Sun Resorts.
Entouré de deux directeurs exécutifs du groupe, Jean-Pierre Dalais et Jérôme de Chasteauneuf, le président du groupe CIEL a d’abord passé en revue les différentes étapes et décisions stratégiques. Celles-ci comprennent, entre autres : réorganisation du capital, fusion CIEL Investment et Deep River Investment, levée de capitaux frais de l’ordre de Rs 2 milliards à travers des placements privés, prise de participation majoritaire dans CIEL Textile et Sun Resorts, désinvestissement dans Constance Hotels, acquisition d’un « controlling interest » dans la deuxième plus grande banque malgache, la BNI Madagascar. Ces décisions, initiées depuis le second semestre de 2013, ont débouché aujourd’hui sur la création d’un groupe plus solide, plus simplifié, avec des investissements diversifiés et répartis dans cinq grands secteurs d’activité (agriculture/immobilier, textile, services financiers, hôtellerie/restauration et santé).
Comptant, à la fin de l’exercice financier 2013/2014, des actifs totaux de l’ordre de Rs 44 milliards et employant plus de 26 000 personnes, le groupe CIEL dispose, dans le sillage de l’exécution de son plan de restructuration financière, d’une liquidité accrue sur son titre coté sur le marché officiel de la Bourse de Maurice depuis février 2014. Sa capitalisation boursière s’élève à environ Rs 11 milliards.
La compagnie CIEL Limited enregistre une progression de 54 % de la valeur de ses actifs nets par action. Les résultats consolidés du groupe pour 2013-2014 indiquent des profits de Rs 437 m avant impôts et éléments exceptionnels. « Les résultats financiers au 30 juin 2014 sont ceux d’une année de transition en raison, entre autres, de la fusion en janvier 2014 de CIEL Investment (CIL) avec et dans Deep River Investment Limited (DRI), rebaptisé par la suite CIEL Limited. Ces résultats ne sont donc pas comparables à ceux de l’exercice précédent. En outre, la consolidation de la banque BNI Madagascar et de Sun Resorts en tant que filiales ne sera reflétée dans les résultats du groupe qu’à partir du 1er juillet 2014. Cependant, il est important de noter que, principalement en raison de la restructuration de l’entreprise, l’actif net par action de la compagnie a progressé de 54 %, passant de Rs 4.70 à Rs 7.22, pour l’exercice clos le 30 juin 2014 », a précisé Jérôme de Chasteauneuf.
Résultats « proforma »
La direction de CIEL a également publié des résultats « proforma » pour l’année financière 2013/2014 dans lesquels elle a tenu en compte les changements intervenus dans le cadre de l’exercice de restructuration, afin de faciliter la comparaison de la performance d’ensemble du groupe avec celle de l’année financière précédente. Ces résultats « proforma » montrent que le groupe aurait dégagé des profits avant items exceptionnels de l’ordre de Rs 1,1 milliard en 2013/2014 avec des conséquents revenus des secteurs textile et des services financiers.
Dans sa revue des performances des différents pôles d’activités, le groupe CIEL fait ressortir que, pour ce qui est des opérations dans le textile et l’habillement, les bénéfices sont en hausse dans tous les segments en dépit des conditions difficiles du marché. « Les activités à l’international ont contribué de manière significative aux résultats », fait-on remarquer. Pour ce qui est des activités agricoles et l’immobilier, la direction rapporte que a) la baisse du prix du sucre a eu un impact sur la performance financière tant au niveau local qu’en Afrique. Cet impact a toutefois été atténué par une production record de sucre de 101 000 tonnes en Tanzanie ; b) suite à la fermeture de l’usine de Deep River-Beau Champ, les opérations ont été centralisées avec succès à l’usine d’Union Flacq ; et c) l’étude des projets de développement au Kenya et au Swaziland se poursuit. Arnaud Dalais a laissé entendre que le projet kenyan pourrait être concrétisé dans les prochains mois.
S’agissant de la performance de la division Hotels and Resorts, le groupe rapporte les développements suivants : 1) Sun Resorts Limited bénéficie d’une nouvelle équipe de direction et a réorganisé sa structure de ventes et de commercialisation ; 2) l’accord entre Sun Resorts Limited et Shangri-La a été finalisé en août 2014 ; c) l’acquisition d’une participation de 50 % dans Anahita Hotel Limited (compagnie propriétaire de l’hotel Four Seasons à Anahita) est également en voie d’être conclue ; d) la cession de la participation de 20 % que CIEL détenait dans Constance Hotels, à hauteur de Rs 414 millions, a pris effet en août 2014.
Dans le secteur des services financiers, un développement majeur s’est opéré avec l’acquisition de BNI Madagascar qui, soutient-on, devrait contribuer positivement aux résultats des activités bancaires. D’autre part, on annonce que les sociétés MITCO et IPRO, spécialisés dans le service fiduciaire et la gestion d’actifs respectivement, ont réalisé de meilleurs résultats que l’année dernière. Par ailleurs, concernant la division Healthcare, le groupe fait ressortir que Medical & Surgical Centre Limited (Clinique Fortis Darné) continue d’enregistrer une amélioration de ses résultats. De plus, CIEL Healthcare Limited, compagnie nouvellement créée, étudie plusieurs opportunités d’expansion en Afrique.
Par ailleurs, la direction du groupe CIEL a laissé entendre qu’elle étudie la possibilité d’investir davantage dans ses opérations textiles à Madagascar tout en consolidant la position de ce secteur d’activité en Asie. Le groupe se penche aussi sur des projets de « private equity » dans la région océan Indien/Afrique et les possibilités d’implantation de CIEL Healthcare en Ouganda, Kenya et la Zambie.