Une restructuration en profondeur de l’actionnariat, des investissements et des actifs de Rogers and Company Ltd (Rogers) se dessine. Le conseil d’administration du groupe, l’un des plus importants conglomérats de la place, a annoncé officiellement aux autorités boursières et à ses actionnaires son intention de revoir sa structure avec la transformation de Cim Financial Services Ltd.(CFSL) une de ses filiales, comme une entité séparée et la possible liquidation de Rogers Consolidated Shareholding Limited ( RCSL), la compagnie holding détenant la part majoritaire (53%) dans Rogers.
Les conseils d’administration de Rogers et d’ENL Investment, l’un des deux gros actionnaires de la compagnie holding (RCSL), ont tous deux informé les autorités boursières à la mi-journée, du projet de restructuration de Rogers. Le communiqué de Rogers précise que la décision de procéder à une telle restructuration émane de RCSL et qu’elle a été annoncée lors d’une réunion du conseil d’administration de Rogers tenue hier. Cette restructuration porterait sur un redéploiement des investissements et actifs de Rogers et sa filiale, CIM Financial Services. D’importants transferts d’actifs et des investissements seront effectués entre Rogers et CIM Financial Services, entraînant une distribution d’actions que détenaient Rogers dans sa filiale. Les parties concernées envisagent à l’issue de ce transfert de demander à la SEM la cotation de CIM Financial Services sur le marché officiel de la Bourse en tant qu’entité séparée.
Les deux seuls actionnaires de la compagnie holding, à savoir ENL Investment et Elgin Ltd, contrôlés respectivement par les groupes ENL et Taylor, étudieraient également la possibilité d’une liquidation de RCSL, ce qui, pour les observateurs, aurait pour conséquence une participation séparée des deux groupes dans l’actionnariat de Rogers.
L’annonce d’une éventuelle transfert des actifs/investissements entre Rogers et Cim Financial Services Ltd. intervient après celle d’une fusion entre Rogers et le groupe Swan dans le domaine de l’assurance, notamment avec le regroupement des activités de Cim Insurance Ltd. et celles de Swan pour ce qui est de l’assurance générale et la fusion des opérations de Cim Life Ltd. avec celles de l’Anglo-Mauritius Assurance Society Limited. Les services de courtage en bourse, la gestion d’actifs et autres biens immobiliers des deux groupes feront également l’objet d’une fusion. On n’écarte pas la possibilité que CIM Financial Services Ltd, en tant qu’entité séparée, devienne la principale partie concernée par cette fusion.
Entretemps, le conseil d’administration de Rogers a demandé à son actionnaire majoritaire, RCSL, de soumettre tous les détails sur la restructuration projetée. «The Board will ensure that the interests of all stakeholders, including those of employees, are protected. Shareholders and the public will be kept informed of future developments», indique le communiqué de Rogers.