Le hic autour d’un point de presse du ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, annoncé jeudi autour du Loto, a levé le lièvre au sujet des intentions du gouvernement par rapport au monde du jeu. À 10h25, ce jour-là, le service de communication du ministère des Finances lance une invitation à la presse au nom du Grand Argentier avec pour thème « issue of Lottotech ». Le rendez-vous est fixé pour 15h.
Les membres de la presse devront attendre au moins une heure avant de voir le ministre des Finances prendre place dans la Conference Room. Mais les journalistes ne seront pas au bout de leurs surprises. Car il n’y aura point d’exposé sur Lottotech. Vishnu Lutchmeenaraidoo se contentera de disserter sur le calendrier modifié de la présentation du budget 2015 reporté au 23 mars et de son déplacement ce week-end à Rodrigues.
À la question de Week-End pour comprendre pourquoi aucun mot n’avait été prononcé sur Lottotech alors que c’était cela le thème principal du point de presse, le ministre des Finances dira que « trop boner pou koz sa ek nou ankor an diskisyon ». Que s’est-il passé entre 10h25, heure de la convocation, et 16h, marquant le début de l’exposé ministériel ? Week-End a été aux renseignements. Au ministère des Finances, on parle de mauvaise communication.
Mais tel n’est, semble-t-il, pas le cas car la décision que prévoyait d’annoncer le ministre des Finances ce jeudi après-midi aurait été renversée en haut lieu. Des sanctions devaient être annoncées contre Lottotech par le ministère des Finances. Des mauvaises langues prétendent qu’un autre groupe spécialisé en gambling était déjà prêt à entrer en scène après la mesure envisagée.
Toutefois, ce n’est que partie remise, les représentants de Lottotech refusant quant à eux catégoriquement de faire des commentaires sur le « coup de vent avorté » de jeudi. Le ministère des Finances compte revenir à la charge en marge de la présentation du budget 2015 et sous prétexte de la lutte contre « la nasyon zougader ».
Il ne sera nullement étonnant d’apprendre que la question visant à réduire de moitié le nombre de tirages du Loto aurait déjà été canvassed, soit un tirage tous les quinze jours au lieu de toutes les semaines comme c’est le cas actuellement. Dans ce cas de figure, les détaillants de la Loterie nationale pourraient se retrouver dans une situation défavorable avec une réduction de leurs chiffres d’affaires dans un contexte économique marqué par la morosité. Actuellement, la partie quant à la réduction de la fréquence des tirages du Loto se joue au coude à coude.
Néanmoins, Lottotech sait que les jours des cartes à gratter sont comptés. Le ministère des Finances pourrait émettre des directives interdisant l’émission de toute nouvelle série de cartes après épuisement des stocks actuels dans le circuit. La disparition de ces cartes à gratter ne serait en fait qu’une question de semaines aussitôt la décision entérinée.
Cet assainissement du monde du jeu ne devrait pas affecter le Loto exclusivement. Le ministère des Finances entretient l’idée de cantonner les bookmakers au Champ de Mars uniquement pendant la saison hippique, éliminant du même coup les officines de paris à travers l’île et même à la rue Corderie à Port-Louis comme au bon vieux temps.
Les permis de SMS Pariaz n’autoriseront des opérations qu’au Champ de Mars et nulle part ailleurs, avec également l’interdiction totale des paris sur des matches de football à l’étranger.
À ce stade, ces mesures ne sont qu’au stade de discussions mais pourront se frayer un passage dans le discours du budget de 2015 à moins que les lobbies auraient eu raison des Finances