Depuis très tôt ce matin, l’industrie sucrière est paralysée par une grève générale et illimitée, suite à l’échec des négociations portant sur le litige salarial et un “collective agreement” pour une période de quatre ans. Les indications obtenues de sources syndicales à la mi-journée tendent à confirmer que 4 000 artisans et laboureurs des établissements sucriers sont engagés dans ce débrayage depuis 5 h ce matin. La possibilité de voir cette grève s’intensifier, avec la participation d’un millier de travailleurs de la raffinerie, de la centrale thermique et de Médine à partir de la semaine prochaine, n’est pas à écarter, surtout dans l’éventualité où aucun résultat probant n’est obtenu. De son côté, la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA) contredit la version syndicale en avançant une présence de 30% des permanents sur les sites de travail et lance un appel à la mi-journée afin que cette action industrielle se déroule dans le calme et le respect.
A la mi-journée, aucun incident n’était encore à déplorer sur les différents lieux où la grève est observée. Le syndicaliste Serge Jauffret, responsable des grévistes à l’Est, notamment à Altie (ex-FUEL), déclare que « pena okenn incident », poursuivant : « Boner la polis finn fer enn tantativ bouskilad avek bann travayer, me nou finn fer konpran ki nou pa pe fer dezord e ki nou pe fer zis nou travay. » Il ajoute que quelque 400 travailleurs sont massés devant l’enceinte de FUEL. Les travailleurs de Deep-River/Beau-Champ devront rejoindre ceux de FUEL après avoir participé à un rallye.
Dans le Nord, notamment à Belle-Vue Mauricia, 100% des laboureurs et artisans sont engagés dans le débrayage depuis 5 h ce matin, indiquent des sources syndicales. « Zot finn bien prepare, sirtou si lagrev la bizin al ziska apre eleksyon », déclare le syndicaliste Lall Dewnath, de l’état-major du JNP syndical. « Se enn lagrev byen inportan. Li kler e net ki MSPA finn pouss travayer a fer lagrev. Malgre bann konsesyion ki syndika finn fer, patron finn servi travayer kouma otaz », poursuit-il, tout en dénonçant « l’indifférence du Premier ministre Navin Ramgoolam et l’arrogance du leader du MMM, Paul Bérenger » sur ce sujet.
Du côté du ministère du Travail et des Relations industrielles, des membres de l’inspectorat ont été dépêchés sur les propriétés sucrières pour un constat des lieux. « Nos officiers sont sur le terrain depuis très tôt en vue d’obtenir les chiffres nécessaires à cet effet. En tout cas, ce que nous pouvons dire, c’est que nous suivons cette situation de très près compte tenu de l’enjeu. Mais à l’heure actuelle, aucun développement majeur n’est à prévoir pour le reste de cette journée », avance une source du ministère.