Craintes pour environ 50% des emplois de ce secteur avec l’arrêt des activités économiques en Europe, notamment en France

Le mode Work From Home présente des limites pour des entités opérant à partir de Maurice

Le Lockdown des activités économiques en Europe dans le cadre de la stratégie de freiner la propagation de la pandémie du Virus Sans Frontières Covid-19 pèsera lourd sur le secteur du BPO-Outsourcing. Avec le renforcement des mesures de confinement et l’arrêt des activités économiques ces derniers jours, notamment en France, le spectre du chôage technique pèse sur cette filière économique avec un potentiel de quelque 22 000 emplois.

C’est ce que laissent entendre plusieurs acteurs de ce secteur. Les premiers coffres cités sont qu’un emploi sur deux, soit 50%, pourrait être compromis ces jours-ci. Ces appréhensions selon eux se sont intensifiées au niveau des Call Centres du pays notamment après les mesures prises par les autorités françaises.

« Nou pa tro kone ki pou arive apre ki bann aktivite lor la Frans in teign » laisse entendre un jeune homme qui attend de prendre connaissance des décisions au niveau de la société qui l’emploie. De son côté, le président de l’Outsourcing and Telecommunications Association of Mauritius (OTAM), Roshan Seetohul, confirme cet état des choses au Mauricien en déclarant que « ce spectre de chômage technique se profile à l’horizon pour une bonne partie des employés dans ce secteur concernés ».

L’OTAM ajoute qu’une chute est notée dans les activités et les compagnies concernées devraient prioritairement réduire les coûts opérationnels. Dans ces milieux, l’on avance que ces appréhensions ont déjà été communiquées à Business Mauritius entre autres pour essayer de trouver des solutions notamment sur le plan de l’emploi.

Au niveau du secteur on explique que si certains Call Centres ou encore des Back-Office pourront survivre dépendant les services offerts, d’autres sont directement impactés par ce qui se passe. « Si ena compagnie travay lor ban reservasion franse, be la pena em travay dan sa kote la, alor ki kapav bann ki pe travay lor ban abonnman bann senn sateliter, zot zot kapv ankor ena roulman » explique un autre employé d’une compagnie Outsourcing de renom. « Les campagnes menées pour les marchés européens sont gravement perturbées par ce qui se passe et chaque employé ne sait pas quel sort lui est réservé » affirme un autre employé du côté d’Ebène.

Work from home

Depuis hier, plusieurs sociétés ont commencé à privilégier la formule Work from Home pour leurs employés. « La compagnie où je travaille nous a remis un plan de travail effectif à partir d’aujourd’hui pour qu’on puisse travailler de chez nus. Cette décision intervient après qu’une baisse dans certaines activités impliquant de gros clients. On ne sait pas pour l’heure jusqu’à quand cette formule va durer ,» laisse entendre un professionnel d’une compagnie impliquée dans les services informatiques en ligne.

Pour les principaux opérateurs de ce secteur, qui compte une main d’œuvre jeune, la possibilité de Work From Home n’est pas envisageable pour tous car les opérations sont différentes au sein des divers groupes. « Tous les Service Level Agreements ne sont pas similaires. Certains pourront bouger des Desktops aux Laptops dans la conjoncture alors que d’autres ne pourront mettre en  place ce système pour la bonne et simple raison que nous n’avons pas créer de telles plateformes et Maurice n’est pas adaptée en termes de vitesse d’internet à domicile, entre autres. L’industrie ne s’est pas préparée pour un tel cas de figure. Certaines compagnies travaillent sur des données confidentielles qui ne pourront être opérées chez l’employé », ajoute un opérateur qui affirme compter sur un coup de pouce de l’État dans la conjoncture.

À ce rythme, les premières secousses de l’impact du Coronavirus sur le secteur BPO commencent à se faire ressentir du côté d’Ebène entre autres et les employés craignent de plus en plus que le pire est à venir dans les prochains jours.