L’intérêt de la dernière radioscopie du monde du travail dépasse largement le simple cadre de l’évolution du taux de chômage en baisse. En effet, pour 2016, le taux de chômage de 7,3% se rapproche davantage des 7,2% de 2008 avant  d’atteindre les 8% de 2013. Les données révélées dans cette dernière publication der Statistics Mauritius portent sur d’autres caractéristiques telles que la moyenne des salaires pratiqués ou encore le poids grandissant du secteur tertiaire sur le plan des emplois.
Ainsi, la répartition des salaires au sein de l’économie démontre qu’un salarié sur cinq obtient des rémunérations inférieures à la barre des Rs 7 000 par mois. La Median Monthly Basic Wage, un paramètre de base dans la formulation de la politique du salaire minimal national par le National Minimum Wage Council, est de Rs 12 200 par mois. L’on constate qu’un employé sur dix est dans la fourchette des salaires de Rs 15000 à Rs 20 000 par mois. Un détail, qui mérite d’être relevé, 75% des employés à Maurice (trois sur quatre) touchent moins de Rs 20 000 par mois. Au haut de l’échelle, 2% des 538 600 employés sont rémunérés à plus de Rs 75 000 par mois.
D’autre part, le secteur tertiaire prend de plus en plus d’importance dans le monde du travail. A la fin de l’année dernière, sur chaque dix emplois créés sept étaient dans ce secteur de l’économie, couvrant le commerce, l’Hospitality Industry, la restauration, le transport et les autres services. Le secteur tertiaire de l’économie donne de l’emploi à 358 500 personnes contre 284 400 en il y a dix ans de cela. L’emploi dans le secteur agricole est en nette régression, passant de 46 200 en 2006 à 39800 en 2016 avec une tendance similaire mais moins marquée dans le secondaire. Des 140 300 emplois dans ce dernier secteur, 75 800 sont dans la manufacture contre un peu plus de 100000 en 2006.
Avec une moyenne salariale de Rs 19 400 par mois sur le plan national, les employés dans le tertiaire sont les mieux payés avec Rs 21 800 par mois, dont Rs 25 100 pour les hommes contre la Median Monthly Basic Rate de Rs 12 200 dans le secteur agricole avec la femme n’étant payée que Rs 5 500 par mois. Le dernier rapport de Statistics Mauritius note que « around 24.7% of the employed were engaged in the highest occupational groups which comprised chief executives, senior officials and legislators; professionals; technicians and associate professionals. Clerical and support workers made up 8,5% of the workforce; service and sales workers 21,3%. Another 30,2% were skilled agricultural, forestry and fishery workers; craft and related trade workers; plant and machine operators and assemblers. Those engaged in elementary occupations  made up 15,4% of the workforce ».
La durée moyenne du travail est de 39,8 heures par semaine, dont 42,1 heures pour les hommes. Même s’ils sont les bien moins rémunérés, les employés du secteur primaire ont le temps de service le plus long avec leurs employeurs, dont une moyenne de 13,1 ans contre neuf ans dans les deux autres secteurs.
Même si le taux  de chômage donne des signes d’infléchissement, la situation reste préoccupante pour la main-d’oeuvre féminine. Il est de 11,2% chez les femmes contre 4,8% chez les hommes. Les jeunes sont encore plus affectés avec un taux de 23,9% dans la fourchette d’âge de 16 à 25 ans et moins de 2% dans la tranche d’âge de 50 ans et plus. Le profil du chômeur type est âgé de 29 ans, peu importe le sexe, deux sur cinq sont célibataires, un sur deux ne détenant pas de School Certificate et  la période moyenne au chômage est de dix mois, soit 7,7 mois pour les hommes et 11,6 mois pour les femmes. Un employé sur deux s’est retrouvé au chômage soit à la fin du contrat, soit pour non satisfaction with the job, alors qu’un sur cinq a été victime de fermeture d’usine ou de compression du personnel. L’on constate également que la Mauricienne au chômage est plus qualifiée que son partenaire chômeur avec une sur trois le Higher School Certificate (HSC).