Noemi Alphonse, celle sur qui repose les espoirs du handisport local
  • Les quatre premiers par épreuve qualifiés pour Tokyo 2020
  • Les 11 qualifiés, aussi bien que les deux guides, quittent le pays ce mardi après-midi

Maurice participera aux Championnats du monde d’athlétisme de Dubaï qui débute ce jeudi. Une compétition qui revêt d’une très grande importance puisqu’elle qualifiera les quatre premiers de chaque épreuve pour les Jeux paralympiques de Tokyo 2020, au Japon (25 août au 6 septembre). Certes, la tâche des 11 athlètes mauriciens qualifiés ne sera guère aisée, mais ils veulent y croire. À noter que la délégation locale quitte le pays ce mardi après-midi, alors que la compétition démarre, elle, jeudi matin, avec l’entrée en piste de Rosario Marianne au lancer du poids (handicap visuel).

Les Mauriciens fouleront le Dubaï Club of Determination stadium cette semaine avec un tout autre regard que celui de 2017 à Londres, en Angleterre. C’est l’avis de l’entraîneur national de la Mentally Handicapped Persons Sports Federation (MHPSF), Jean-Marie Bhugeerathee, et qui a aussi sous sa responsabilité des athlètes souffrant d’autres déficiences. Qui plus est, des 11 athlètes qualifiés, sept sont issus de son groupe, alors qu’Anndora Asaun fera, elle, ses grands débuts à ce niveau de la compétition. «Aux Mondiaux de Londres, nos athlètes n’avaient pas d’expérience. C’était une découverte et du reste, les résultats n’étaient pas fameux», fait-il remarquer.

Désormais, l’objectif sera de viser encore plus haut, notamment d’essayer de terminer parmi les quatre premiers de son épreuve afin de valider une qualification pour les Jeux paralympiques de Tokyo. «Nous voulons tous y croire. Cela fait des années que nous travaillons sur cet objectif et le jour est enfin arrivé pour réaliser la grosse performance. Nous sommes confiants et je pense même qu’on peut aller chercher un podium. Ce qui serait une très belle récompense, non pas pour moi, mais pour tous ces athlètes qui ne lésinent sur aucun effort aux entraînements, pour se surpasser», fait-il ressortir.
Des athlètes de caractère

Ce qui réjouit encore plus Jean-Marie Bhugeerathee, c’est le caractère de ses athlètes qu’il n’hésite d’ailleurs pas à qualifier de guerriers. Malgré la dureté des séances d’entraînements, ils s’accrochent tous, à commencer par Denovan Rabaye et Ashley Telvave, handisportifs souffrant d’une déficience intellectuelle avec qui l’entraîneur avait démarré la belle aventure, il y sept ans.

Par la suite, Anaïs Angéline, Noemi Alphonse, Rosario Marianne, Anndora Asaun et Roberto Michel ont rejoint le groupe. « Nous avons parcouru beaucoup de chemin et je suis aujourd’hui très fier de ce groupe. Ces jeunes ont tous faim d’apprendre. Ils font preuve d’un comportement exemplaire. C’est définitivement un groupe qui vit très bien ensemble. On est comme une famille et c’est aussi cela notre force. Hormis les entraînements, on fait aussi des sorties ensemble », explique-t-il. C’est la raison pour laquelle il croit encore plus dans ce groupe qui tourne désormais avec 17 athlètes.
Noemi Alphonse veut y croire

D’autre part, les regards seront surtout tournés vers Noemi Alphonse, qualifiée dans cinq épreuves (100m, 400m, 800m, 1500m et 5000m). Si au départ, il était dit que sa meilleure carte serait l’épreuve reine (100m) où elle a pour chrono un 17:00 (son record national battu cette année), en revanche, Jean-Marie Bhugeerathee est désormais d’avis qu’un exploit est possible au 800m également. Il n’empêche que l’entraîneur est d’avis que tous ses athlètes peuvent bien faire à ces Mondiaux. «Nous avons eu la préparation et le soutien voulu. Nous remercions d’ailleurs tous ceux qui nous ont soutenu et aidé à faire de ce déplacement. Après plusieurs mois de travail, je peux dire que nous sommes fins prêts pour tenter la grande aventure. Tout le monde est fin prêt », fait-il ressortir.

C’est effectivement le cas de le signaler, puisque cette année, le groupe d’entraînement de Jean-Marie Bhugeerathee a eu l’opportunité de participer au Grand Prix de Suisse et d’Italie, alors que Noemi Alphonse a, elle, participé à deux compétitions en début d’année en Australie, (Canberra et Sydney) avant de boucler sa tournée, par un stage intensif à Melbourne. Elle nous expliquait, la semaine dernière, quelle était beaucoup plus confiante qu’il y a deux ans et qu’elle espérait tenter un exploit d’un podium. Elle nous avouait aussi que terminer quatrième dans une des cinq épreuves serait déjà une très grosse satisfaction, étant donné que cela lui donnera le droit de participer aux Jeux paralympiques, non pas en tant qu’invitée, mais en tant que qualifiée.
Hors texte – À deux jours du départ

La pression se fait sentir

Jean-Marie Bhugeerathee disait, la semaine dernière, que la pression se faisait déjà sentir à l’approche des Championnats du monde où l’objectif sera définitivement plus élevé par rapport à la compétition de 2017 à Londres. C’est la raison pour laquelle le soutien de la fitness coach, Audrey Grandcourt, a été sollicité, dit-il. « Cela fait un bon moment déjà qu’Audrey est avec nous et elle fait un excellent travail. Ces derniers temps, elle aide à la préparation psychologique du groupe et je peux dire que c’est une phase très importante de notre préparation. Car il ne faut surtout pas que la pression domine nos athlètes. Il faut qu’ils soient concentrés et à l’aise dans leurs têtes. Au cas contraire, ils ne pourront pas s’exprimer librement », déclare-t-il.
La délégation

Handicap physique: Noemi Alphonse, Brandy Perrine, Anaïs Angéline, Roberto Michel et Cédric Ravet
Handicap intellectuel: Devovan Rabaye, Eddy Capdor, Brigila Clair et Ashley Telvave
Handicap visuel: Rosario Marianne et Anndora Asaun
Guides: Samuel Bousoula et Loïc Bhugeerathee
Entraîneurs: Fabrice Ramsamy, Jean-Marie Bhugeerathee et Sanjay Bookun
Fitness coach: Audrey Grandcourt
Team manager: Hewlett Nelson
Chef de délégation: Krisley Appadoo
Le programme des Mauriciens

Jeudi 7 novembre
Poids F11 visuel (qualifications): Rosario Marianne (9h40)
100m T 54 fauteuil (séries): Noemi Alphonse et Brandy Perrine (19h25)
Poids F11: Finale hommes (20h17)

Vendredi 8 novembre
400m T34 fauteuil (séries): Roberto Michel (18h41)
100m T54: Finale dames (20h10)

Samedi 9 novembre
400m T34: Finale hommes (19h41)
Finale 800m T54: Noemi Alphonse (19h50)

Dimanche 10 novembre
100m T34 (séries): Roberto Michel (9h04)
Finale longueur T37 (physique): Anaïs Angéline (18h03)
1500m T54 (séries): Noemi Alphonse (18h37)
100m T34: Finale hommes (20h19)

Lundi 11 novembre
100m T11 visuel (1er tour): Anndora Asaun (11h07)
100m T11: Deuxième tour (18h09)
1500m T54 : Finale dames (19h30)
100m T54: Cédric Ravet (20h42)

Mardi 12 novembre
400m T54 (séries): Noemi Alphonse (11h40)
100m T11: Finale dames (18h49)
400m T54: Finale dames (19h27)
100m T54: Finale hommes (19h34)

Mercredi 13 novembre
Finale longueur T20 intellectuel: Denovan Rabaye et Eddy Capdor (9h03)
100m T37 (séries): Anaïs Angéline (9h06)
100m T37: Finale dames (19h23)
Finale 5000m T54 : Noemi Alphonse (19h36)

Jeudi 14 novembre
200m T37 (séries): Anaïs Angéline (10h26)
400m T20 (séries): Ashley Telvave (18h24)
800m T34 (séries): Roberto Michel (19h22)
Finale poids T20 : Brigila Clair (19h46)

Vendredi 15 novembre
200m T37 : Finale dames (18h33)
400m T20: Finale dames (19h10)
800m T34 : Finale hommes(19h18)