Au QG du Central CID, les limiers sous la supervision de l’assistant commissaire de police Heman Jangi sont déjà sur le qui-vive, depuis hier, pour l’une des plus importantes enquêtes de crimes en col blanc. Les principaux protagonistes, soit les Main Suspects, ne sont que les plus importantes personnalités du monde des affaires jusqu’à la fin de la semaine. Aujourd’hui, leurs noms figurent sur la liste de Wanted de la police mauricienne et au moins l’une d’elle, notamment Dawood Rawat, susceptible de faire l’objet d’un Red Notice d’Interpol aussitôt les formalités pour l’obtention d’un mandat d’arrêt international complétées. Toutefois, l’une des premières suspectes à être convoquées au Central CID devrait être Adeela Rawat, l’une des filles de l’ombre derrière le groupe BAI.
Malgré les déboires de cette puissante famille, considérée comme étant intouchable sur tous les plans, au moins un des membres du clan n’a pas perdu son arrogance affichée de manière ostentatoire. « F… you all. Dawood has nothing to lose, he can buy and sell you guys in a blink of an eye. Do you know how much money he has and who his friends are ? » a-t-il envoyé comme message dans la journée d’hier à ceux qu’ils jugeaient hostiles au groupe BAI et pour tenter de les intimider.
Toutefois, du côté des Casernes centrales, la BAI Special Squad a été constituée et dépêchée depuis, hier après-midi, à la Banque de Maurice. La mission est de consigner la déposition initiale d’un des responsables de la Banque Centrale en vue de démarrer l’enquête. La police est également dans l’attente des documents accablants pour acculer les suspects par rapport au délit de détournements de fonds et subséquemment de Money Laundering. À hier après-midi, tout un chacun s’accordait à dire que cette enquête s’annonce laborieuse et complexe compte tenu des ramifications en tous genres et des rapatriements de fonds d’envergure allégués.
Par mesure de précaution, une série d’une quinzaine de Notices of Arrest on Departure ont été logés au Passport and Immigration Office depuis jeudi soir avec des passeports déjà saisis. Cette liste pourrait s’allonger au fur et à mesure que progresse l’enquête. Toutefois, un des membres de la famille Rawat, dont le nom fait l’objet d’une Arrest on Departure, s’est rendu, hier après-midi, au Central CID pour protester à l’effet qu’il n’avait rien à faire dans « kales kassé de Dawood Rawat ». C’était peine perdue car l’exercice n’a pas encore démarré.
À ce stade, Adeela Rawat pourrait être la première protagoniste à être convoquée et inculpée provisoirement devant le tribunal de Port-Louis pour détournement et blanchiment de fonds. Aucune confirmation officielle disponible même si le mandat d’arrêt international contre Dawood Rawat, qui vient d’être fait chevalier de la Légion d’Honneur par la France et qui n’a pas assisté aux réunions du conseil d’administration du groupe BAI depuis le début de l’année.
Depuis la fin de la semaine, le Central CID dispose entre ses murs des documents et des informations encore plus explosifs que les Rs 224 millions, dont Rs 110 millions en devises, constituant le River Walk Jackpot avec la possibilité que ces deux affaires se rejoignent à un moment de l’enquête.
La confirmation est attendue…