« Le site du Morne est sécurisé jusqu’au pied de la montagne », soutient Dan Baboo dans un communiqué diffusé par le ministère des Arts et de la Culture. Cette déclaration fait suite à la conférence de presse donnée mercredi par le leader de l’opposition, Paul Bérenger, qui dénonce l’absence de sécurité au niveau de la montagne.
Dans son communiqué, le ministre Baboo indique ne pas comprendre pourquoi Paul Bérenger est « contre l’ouverture de l’accès à la montagne du Morne », site de renommée internationale symbolisant la lutte contre l’esclavage et qui figure sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité. Dan Baboo souligne que le premier “Nomination Dossier” a été soumis à l’Unesco en janvier 2006, « alors que Paul Bérenger chauffait les bancs de l’opposition », ajoutant que « le site a été inscrit au patrimoine mondial en juillet 2008 ».
Le communiqué ajoute que l’Unesco a toujours été favorable à l’ouverture du Morne au public. Chose faite depuis le 24 juillet dernier, beaucoup de visiteurs prenant plaisir à découvrir le lieu pour la première fois. Est également précisé que le site est « sécurisé pour les familles jusqu’au pied de la montagne » et que l’escalade est réservée aux personnes expérimentées, s’effectuant d’après des conditions spécifiques. Des guides certifiés par la Tourism Authority et habitant la région sont déjà disponibles. Le ministère annonce que le site sera amélioré avec l’installation prochaine d’une réplique d’un village d’esclaves.
Le communiqué souligne par ailleurs que, comme cela a été le cas pour l’Aapravasi Ghat – autre site classé par l’Unesco –, d’autres travaux d’embellissement du Morne se feront au fur et à mesure. En conclusion, soutient-il, « il est clair qu’aujourd’hui Le Morne est un lieu de pèlerinage pour tous les Mauriciens ».