Le leader du Remake 2000 était à Montagne-Longue hier soir pour une réunion avec les activistes MSM/MMM et les habitants de ce village et des régions avoisinantes (Crève-Coeur, Congomah, Camp-Laboue). Sir Anerood Jugnauth s’est particulièrement adressé à la forte communauté de planteurs que compte la circonscription N°4, critiquant des mesures prises par le gouvernement de Navin Ramgoolam et qui ont contribué, selon lui, à la lente disparition des petits planteurs. « Ti planter pe al disparet. En 2005 ti ena 29 000 ti planter ; en 2010 ti ena inpe plis ki 10 000 selma. Avek sa gouvernma la ti planter inn abandonn later », a déploré SAJ. Il estime à 65 000 tonnes le sucre non produit en raison de l’abandon des terres et de la culture de la canne par les petits planteurs. Il a énuméré les mesures budgétaires prises par le gouvernement MSM/MMM en faveur des planteurs alors que Pravind Jugnauth était ministre de l’Agriculture : véhicules utilitaires 4×4 “duty free” ; pas de taxe sur les premières 60 tonnes de sucre produites, facilités d’emprunt, pas de taxe sur les sociétés coopératives, entre autres. « Kouma li vini en 2005, li tir tou. Pir, li met tax NRPT lor later. Si zordi pei inn resi, si ou finn kapav avoy ou zanfan deor pou fer letid se gras a nou disik. Aster la zot vinn deklar zot ansam avek travayer lindistri sikriyer », a déclaré le leader du Remake 2000, qui s’est aussi fait le défenseur de son fils : « Pravind li enn avoka, en ex-minis l’Agriculture, ex-minis des Finances, li ena lexperians. » SAJ se dit inquiet de la montée de l’insécurité et du trafic de drogue qui « responsab boukou krim », fustigeant au passage la nouvelle manière de comptabiliser les crimes. « Zot vinn dir ou krim pe diminye. Me less mo dir ou lontan tou krim ti klase dans Criminal offences sou Code pénal. Aster diviz li ant krim enn kote ek “misdemeanour” lot kote. Zot pena volonte eliminn ladrog. Apre Navin Ramgoolam rod vinn Prezidan ek donn li ankor pouvoir ! » Aujourd’hui, dit-il, c’est le pouvoir de l’argent qui prime, « me sa larzan ki pe aste dimoun la se ou kas sa, kas gambling lor nou bann institision ». S’agissant de Pratibha Bholah et Subash Gobine, qui ont rejoint les rangs du gouvernement, SAJ dira : « Subash Gobine ki li pa ti pe ekrir kont Premie minis ? Aster la linn gayn so bout, labous inn ranpli pa kapav koze. » De la nouvelle PPS Bholah « kinn gayn so bout », il déclare avec ironie : « Li dir li travay pou so mandan. Moi zame mo pa ti invit li moi, li mem li vinn kot moi, koz pake koze, mo nek ekout li. Apre enn sel kou li vire ». Sir Anerood Jugnauth n’a pas mâché ses mots sur le renvoi des municipales, demandant de rendre au peuple le pouvoir de choisir ses élus dans les villes et villages. « Kifer ranvoy minisipal ? Kan zot vini ou bizin vir ledo ar zot. » Avant de conclure en rappelant à l’assistance ses droits : « Nou nou kapitenn. Me se ou ki solda, ou ki larmé la. Fer nou gayn lager la ! » Pravind Jugnauth s’est, pour sa part, dit préoccupé par « lindistri kokin ». Il a déploré l’inaction du Premier ministre pendant les quatorze mois qu’il était ministre des Finances et qu’il informait celui-ci des scandales financiers à la STC, à Air Mauritius, aux Casinos de Maurice ; des ravages au Mauritius Duty Free Paradise « akot bizou ti pe ena dat expirasion ! ». Il a parlé de ceux dénoncés dans le rapport de l’Audit, ainsi que d’autres plus récents tels des projets routiers dont les budgets initiaux ont doublé : l’échangeur du Caudan de Rs 125 M à Rs 220 M ; le tout-à-l’égout à Baie-du-Tombeau, qui passe de Rs 460 M à 750 M : « Larzan la kot pe ale ? » S’agissant des logiciels Microsoft achetés pour Rs 250 M, il dit attendre la rentrée parlementaire pour voir si le ministre Pillay va deposer comme promis l’avis légal du State Law Office à ce propos. Aux habitants et aux planteurs du N° 4, Joe Lesjongard du MMM a, lui, rappelé le délogement des planteurs de Riche-Terre pour aménager Jin Fei, projet qui devait donner du travail aux jeunes de la région. « Kot travay la ? » De même, le lieu de crémation à Montagne-Longue a été rasé pour faire de la place à la route Terre-Rouge/Verdun et n’a toujours pas été reconstruit. Il a mis l’accent sur les quatre priorités du leader mauve, Paul Bérenger : une démocratie vivante, un pays nettoyé de la fraude et la corruption, la relance économique et le rétablissement du “law & order”. Quant à l’insécurité, « en 2000, ti ena enn gro problem avek Escadron de la mort. Se gouvernman MMM/MSM kinn regle sa », dit-il, estimant que seuls les deux leaders du Remake 2000 peuvent ramener la sérénité dans le pays.