Un grave accident de la route survenu ce matin a fait 20 blessés. Un autobus de la compagnie nationale de transport, qui se dirigeait vers Port-Louis, a dérapé sur l’autoroute à la hauteur du Pont Colville Deverell. L’accident, qui a sérieusement perturbé la circulation sur ce tronçon de route, s’est produit à 6 h 55. Après l’intervention du Samu et de la police, les blessés ont été transportés à l’hôpital Jeetoo pour les premiers soins.
Les premières informations recueillies de sources policières durant la matinée, en attendant les conclusions de l’enquête, indiquent que l’autobus de la compagnie nationale de transport (CNT), immatriculé 257 JN 95, roulait en direction de la capitale. Le véhicule avec 32 passagers à son bord avait quitté Rivière-des-Galets un peu plus tôt ce matin.
Pour des raisons encore inconnues, à 100 mètres avant le Pont Colville Deverell, soit dans les parages de Bagatelle, l’inévitable allait se produire. L’autobus a dérapé et s’est renversé sur son flanc droit, sur le côté où est situé le chauffeur. À la suite de ce violent impact sur l’asphalte, l’autobus a été sérieusement endommagé avec principalement les vitres du flanc droit qui ont volé en éclats et une partie de la devanture qui n’est plus qu’un amas de ferraille.
Mais le bilan des victimes était des plus accablants, avec des blessés gisant à même le sol. Le Motorway Patrol, la police régulière et le Service d’aide médicale urgente (Samu) se sont organisés rapidement dans un premier temps en vue d’extirper les victimes de l’autobus et les évacuer vers l’hôpital Jeetoo pour les premiers soins. À ce stade, aucune information officielle n’était encore disponible sur l’état des blessés et le nombre de passagers admis au centre hospitalier.
Avec le produit pétrolier du véhicule déversé sur l’asphalte de l’autoroute, les responsables de la police sur les lieux de l’accident n’ont préféré prendre aucun risque et ont réclamé vers 7 h l’intervention des pompiers de la caserne de Quatre-Bornes pour un exercice de flushing.
L’accident a aussi causé un embouteillage monstre sur cet axe hautement fréquenté pour regagner la capitale, surtout avec les automobilistes les plus curieux qui ont ralenti pour regarder la scène. Les policiers se sont activés à cette heure en vue de régulariser le trafic routier.
Les derniers recoupements du Mauricien à la mi-journée indiquent que les freins de l’autobus de la CNT auraient lâché peu avant l’accident. Du moins, c’est ce que le chauffeur du véhicule aurait fait comprendre après l’impact. L’enquête, sous la responsabilité du poste de police de Moka, se poursuit en vue de déterminer les circonstances exactes de cet accident de la circulation survenu ce matin.