Une usine de la zone industrielle de Coromandel est pointée du doigt pour pollution. En cause : l’évacuation des eaux utilisées pour la teinture de tissus, qui provoque une accumulation sur plusieurs mètres et dégage une odeur nauséabonde, causant une série d’inconvénients…
« La situation est devenue insoutenable. Nous ne pouvons plus ouvrir la fenêtre et aérer nos maisons », raconte une mère de famille, dont le plus jeune enfant est âgé de 6 ans. Comme tous les habitants du Morcellement Goldsmith, situé à l’arrière de la zone industrielle de Coromandel, et dont l’accès se fait depuis la route Royale à Montée S., cette habitante se plaint de l’odeur nauséabonde. « C’est très désagréable, surtout pour les enfants », ajoute notre interlocutrice. Les habitants racontent le calvaire qu’ils vivent depuis plusieurs années. « Nous pouvons à peine respirer. C’est gênant de vivre dans de telles conditions. Pa kapav reste », déplore un autre habitant.
Lorsque l’on arrive au Morcellement Goldsmith, on sent immédiatement une odeur désagréable et irritante pour les voies respiratoires. À l’origine : les canalisations de l’usine de textile, chargées de dégager l’eau utilisée dans le processus de teinture de tissus, qui seraient obstruées. Du coup, l’eau ne peut être évacuée et trouve son chemin naturellement dans la zone inoccupée et broussailleuse, située non loin de plusieurs maisons. L’accumulation d’eau s’étend en effet sur plusieurs mètres. Et l’eau ne pouvant s’évaporer, il s’en émane une odeur désagréable. « Lorsqu’il y a beaucoup de vent, c’est encore pire », s’exaspère un autre habitant. On peut même apercevoir les effluves se dégager du puits d’absorption.
À plusieurs reprises, les habitants ont contacté les autorités, à l’instar de la municipalité de Port-Louis et la police de l’environnement. Des officiers de la police de l’environnement se sont d’ailleurs rendus sur place samedi dernier pour un constat des lieux. Mardi, des inspecteurs de la Waste Water Management Authority ont aussi fait le déplacement. « L’eau a été pompée mais l’odeur est toujours là », affirment les habitants. La solution, disent-ils, serait d’épurer le drain de l’usine pour permettre l’évacuation des eaux.
À l’approche de l’été, les habitants s’inquiètent des risques sanitaires, car la stagnation de l’eau peut engendrer une prolifération de moustiques. « Cette eau est mélangée avec une substance chimique. Dieu seul sait quel genre de maladies cela peut provoquer ou quels autres effets cela peut avoir sur la santé. »